En attendant le retour des écoutes musicales… épisode 1

Vous ne sentez pas ? Le parfum du retour à la vie d’avant ?

Déjà la réouverture des tables de lecture permettra à nos adhérents de profiter de la climatisation pendant l’été. Et bientôt, les animations… en septembre, c’est sûr, elles recommenceront… oui, enfin, disons qu’on croise les doigts pour qu’il en soit ainsi ! (amen)
Et justement, qui dit “animations” dit, entre autres choses, “écoutes musicales”. Ces dernières ont attiré au fil des ans une société de belles personnes, adeptes d’ondes éclectiques, de franches rigolades et de critiques acerbes.
C’est à ceux-là que nous pensons en proposant ces écoutes musicales à distance, sous forme de playlists au fil de l’été.
On commence aujourd’hui avec une sélection de 10 titres qui n’ont pour seul point commun que notre volonté d’attirer sur eux votre attention.
Et pour vous mettre dans l’ambiance studieuse des écoutes en présentiel, nous avons noté ci-dessous quelques informations clés pour chaque titre, en style télégraphique.
Imaginez “Jijim”, notre irremplaçable maître de cérémonie, vous les susurrer à l’oreille de sa douce voix…

01

“Ninguém solta a mão de ninguém”
Lucas Santtana
Tiré de l’album O Céu é Velho Há Muito Tempo, 2019

Santtana (2T) né en 1970, à Salvador, Brésil.9ème album. Héritier des Tropicalistes, fils d’un producteur. "Personne ne lâche la main de personne"  consigne de l’époque des dictatures. Forme samba, détachée, peu de fioritures contrairement aux autres albums. Décalage entre paroles dures et musique très douce.

02

“Secret tree”
Perrine Mansuy
Tiré de l’album Vertigo songs, 2012

Née en 1971 Aix. Conservatoire Marseille, développe son sens de l'impro. Duos avec François Cordas (saxo). 1er album. Nombreuses collaborations, spectacles, enfants, jazz.
Ici Marion Portal à la voix. Rythme en 7/16 5/16 ( soit 12/16 en fait) jusqu'à l'arrivée du piano : 6/8 à 1 minute 54. Percussion se transforme en batterie. Tous en rythmique. Seul le piano part en solo. Mélodie : voix. Le complexe est caché sous la voix limpide et "facile".

03

“Stay in L.A.”
Dan Croll
Tiré de l’album Grand Plan, 2020

Né en 1990, étudiant au LIPA (Liverpool Institute for Performing Arts) créé par McCartney. Chansons placées sur des jeux vidéo et des pubs TV (mode de fonctionnement des artistes pour vivre, de plus en plus hélas). 3ème album.
Structure un peu inhabituelle : Couplet-refrain-couplet-refrain-coda. On peut trouver étonnant que des mélodies aussi travaillées ne reviennent pas après leur exposition assez sobre. Final en coda long, répétitif (sur 2 accords) pour casser le morceau, l'embrumer après le côté limpide du début.

04

“San Junipero”
Clint Mansell
Tiré de l’album Black Mirror : San Junipero, 2017

Black mirror : série Netflix britannique de science-fiction se passant dans un futur très proche, épisodes séparés, musiques idem. Particularité : chaque épisode mis en musique par un compositeur différent. BO sort en intégralité, pas toujours en CD d'ailleurs (Sakamoto uniquement en LP par ex.).
Mansell né en 1963 à Coventry (groupe Pop Will Eat Itself). Passé aux films : 40 BO.
Morceau thème légèrement angoissant (à la X files) répétitif (6 notes), variantes dans les timbres, Harmonie sur 2 accords (voire 1). Pure électro, rythmique qui va et vient.

05

“Cesse cesse”
Clou
Tiré de l’album Orages, 2020

Anne-Claire Ducoudray, née en 1983 à Paris. Découverte en 2014 (radio crochet de France Inter) 1er album produit par Dan Levy (The Do). Nommée Victoires Musique en 2020. Influences folk US 70's / chanson française Brassens, Renaud.
Structure basique couplet-refrain x 2. Très court. Mini coda ad lib. Ciselé arpèges ascendants piano, voix-contrechants, cordes sur refrain puis 2ème couplet, basse batterie monolithique, un peu percussion.
Très sobre. Chant à l'avenant, mélodique, précis. Rien ne dépasse, c'est ce qui fait son charme.

06

“Murder ballades : Omie Wise”
Eighth Blackbird
Tiré de l’album Filament, 2015

À propos de Bryce Dessner, compositeur du morceau : né en 1976 aux Etats-Unis. Entre deux mondes : rock (Groupe The National avec son frère) et contemporain. Ami de Sufjan Stevens et Jonny Greenwood (Radiohead) avec lesquels il collabore. Mari de Mina Tindle artiste folk française.
Murder ballades : recueil de 7 pièces pour petit ensemble. Eighth Blackbird : formation musicale piano + cordes.
Thème unisson piano+clarinette-variations contrepoint-thème-variations.
Piano très rythmique. Autres plus en ornement ou mélodiques.

07

“Mayor of Simpleton”
XTC
Tiré de l’album Oranges & lemons, 1989

Groupe Swindon UK formé en 1978. D'abord faux punk, puis rock puissant mélodique puis enregistrement studio uniquement. Après un passage à vide, nouveau succès avec Skylarking 86 et Oranges & Lemons en 1989.
Pop très produite. Enormément de choses à écouter sur des bases très mélodiques, simples mais à tiroirs. Paroles idem.
Coup en l'air du batteur au démarrage. Walking alambiqué de la basse. Guitare sur 2ème temps. Voix en réponse. Coda en spirale-canon.
Morceau sur-vitaminé à réécouter plusieurs fois.
Paroles classiques opposant un amoureux stupide en balance avec le bonheur.

08

“Ebru firat”
Arca
Tiré de l’album Forces, 2018

Duo français composé de Joan Cambon et Sylvain Chauveau. À ne pas confondre avec l’artiste électro Alejandra Ghersi. 5ème album.
Electro. Rythmique jungle. Sons fermés. Piano. Basse et harmonie répétitives.

09

“Hurting each other”
Carpenters
Tiré de l’album Greatest hits 1969-1983 Yesterday once more, 1998

Duo frère et sœur :  Richard né en 1946 à la composition, au piano et au chant ; Karen née en 1950 au chant et à la batterie, morte en 1983 des suites d'une anorexie. 7 albums en tout. Voix hyper placée sans effets mais toujours nette qui porte la chanson.
Le titre pourrait être du Bacharach, mais non.
Evidence de la mélodie. Structure pas si simple. Couplet-prérefrain-refrain. Deux fois puis fondu.

10

“Forget and be”
Leïla Martial
Tiré de l’album Warm canto, 2019

Une découverte de Brigitte, fidèle des Ecoutes Musicales.
Cette vidéo vient des Victoires du Jazz 2020, filmée sans public à la Piscine Molitor.
Leïla Martial née en 84, parents musiciens, collège de Jazz de Marciac. 3ème album.
Morceau : commence folk 2 accords plus 1. Puis break, démarrage des vocaux yodel-trilles, orientaux-indiens rythmiques puis percussifs triples croches (extrême aigu-calme faux flamenco-redescente).
Le chant évoque Meredith Monk, en plus charnel et immergé.
Batteur et guitariste chantent aussi (basse et contrechants).

>>>Accès aux fiches du catalogue>>>

Thématique musique “Internationales de la guitare 2020”

 

Non, la culture n’est pas morte ! Certes, elle se porte mal mais le coronavirus n’aura pas eu complètement raison d’elle !

Même si cette maudite épidémie nous prive de nombreux festivals, certains font de la résistance, comme les Internationales de la Guitare. La fournée 2020 aura bien lieu du 12 septembre au 10 octobre avec son lot de concerts programmés aux quatre coins de l’Hérault.

Fidèle à l’événement, la Médiathèque de Lattes propose son habituelle table thématique mettant à l’honneur les artistes présents au festival. On y trouvera aussi les têtes d’affiche initialement prévues, mais malheureusement annulées pour les raisons sanitaires que l’on sait, telles Thomas Fersen, Otys Taylor ou Goran Bregovic.

 

>>>Accès aux fiches catalogue des œuvres présentées>>>

 

En cadeau, une playlist spéciale histoire de vous mettre dans l’ambiance :

 

Retour sur les écoutes musicales du 07 mars 2020 (Audiofil 083)

Téléchargement de la liste des morceaux au format PDF

 

Eh bien, notre audiofil 083 se déroula fort bien : les habitués étant présents, comme de nouvelles têtes et oreilles, la musique fut rarement aussi diverse et équitablement appréciée. Pourtant, nous passâmes en un clin d’œil du Japon à la Serbie, les Charybde et Scylla du bizarre, rencontrâmes des langues étranges – le kobaiën de Magma et la piste à l’envers de Jocelyn Pook – et reconnûmes que cet Avishai Cohen-là, pur homonyme, était bien trompettiste et non contrebassiste de jazz.
Certains durent même admettre (à contrecœur) que la chanson française leur procurait du plaisir, en l’occurrence par deux fois, avec La Féline, subtil groupe pop, et le magistral dernier album de Jeanne Cherhal.
Pour clore la séance, un petit hommage fut rendu à l’immense Lyle Mays, récemment disparu, pianiste et alter ego de Pat Metheny

Que dire de plus ? Si le passé des écoutes n’a pas toujours été simple, cette fois-ci, il le fut !

Ci-contre, de haut en bas : Jocelyn Pook, Avishai Cohen, La Féline, Jeanne Cherhal, Lyle Mays

 

Retour sur les écoutes musicales du 8 février 2020 (Audiofil 082)

Téléchargement de la liste des morceaux au format PDF

Chapitre 82…

Où l’on apprend que la 15ème étoile la plus brillante dans le ciel est la première de la constellation de la Vierge (Spica) et aussi un titre électronique du (regretté) percussionniste Morris Pert.
Où l’on parle de jazz modal, mais à propos d’une chanteuse de rock très éclectique, Jane Siberry.
Où l’on voit aussi que pour chanter le jazz, pas besoin d’envoyer du décibel mais que la douceur peut l’emporter, tel Michael Franks.
Où l’on confirme que Pascal Dusapin est bien un pilier de la musique contemporaine avec ses pièces pour solo d’orchestre.
Où le hasard rapproche un Italien, Paolo Conte, et une Marocaine, Oum, faisant le point sur la quarantaine (on parle des ans, pas de virus).
Où la French Touch de Flavien Berger et le jazz époustouflant de Christian Scott réconcilient tous les participants.

Décidément, les écoutes musicales se vivent comme un roman à rebondissements !

Ci-contre, de haut en bas : Morris Pert, Jane Siberry, Michael Franks, Paolo Conte, Oum, Christian Scott

 

Retour sur les écoutes musicales “Nuit de la lecture – Soyez sympas, rembobinez !” du 18 janvier 2020

Téléchargement de la liste des morceaux au format PDF

Après les agapes nippones, il a été tenté de ramener un calme précaire avant la tempête musicale. Le principe de Soyez sympas, rembobinez ! n’est pas de “suéder” les morceaux de musique effacés (un CD est plus résistant qu’une VHS…) mais de passer en revue les 992 titres déjà écoutés lors de 10 ans d’Audiofil en picorant de quoi écouter toute la nuit .
Toute ? Presque.  Le combat cessa vers 3h00 du matin après moult arguments et commentaires, tous plus endiablés les uns que les autres, à défaut d’être toujours pertinents…
Le tout entrecoupé d’arrêts-buffet de bon aloi et de sessions guitare-chant impromptues pour reprendre souffle et oreilles.

Merci aux participants et… à l’année prochaine ?