Thématique littérature adulte “Sagas familiales” – automne 2020

La famille ! La plus ancienne et la plus honorable des institutions !
Peut-être aussi la plus belle, s’il n’y avait pas tant de secrets, rancœurs, jalousies, passions, drames pour la dégrader… sans parler des héritages, qu’ils soient génétiques, moraux ou pécuniers !

Inévitablement liée à l’histoire, la famille écrit celle des hommes au fil des générations avec son lot de naissances, de décès, d’unions, de séparations, de migrations et de guerres.

Tant d’ingrédients ne pouvaient faire de la famille qu’une source privilégiée d’inspiration pour nos romanciers qui y trouveront tantôt la racine de leur génie, tantôt la substance de leurs créations littéraires.
Créations parmi lesquelles les séries de romans dites “sagas familiales” dont nous vous proposons, en cette fin d’année et sur nos tables d’exposition, une sélection non-exhaustive :

 

Téléchargement au format PDF

 

Thématique cinéma : les remakes

 

Faire, défaire, refaire… Il y quelque chose de l’ordre du mythe dans la notion de remake. On pourrait d’ailleurs voir dans cet inlassable travail de réinterprétation le tissage d’une grande toile cinématographique, qui formerait un vaste réseau de résonances entre les œuvres, les réalisateurs, les époques et les continents.

Incursion dans un (mauvais ?) genre à part, situé à la croisée entre intérêt mercantile, projet artistique et plaisir de cinéphile…

 

 

Thématique musique “Internationales de la guitare 2020”

 

Non, la culture n’est pas morte ! Certes, elle se porte mal mais le coronavirus n’aura pas eu complètement raison d’elle !

Même si cette maudite épidémie nous prive de nombreux festivals, certains font de la résistance, comme les Internationales de la Guitare. La fournée 2020 aura bien lieu du 12 septembre au 10 octobre avec son lot de concerts programmés aux quatre coins de l’Hérault.

Fidèle à l’événement, la Médiathèque de Lattes propose son habituelle table thématique mettant à l’honneur les artistes présents au festival. On y trouvera aussi les têtes d’affiche initialement prévues, mais malheureusement annulées pour les raisons sanitaires que l’on sait, telles Thomas Fersen, Otys Taylor ou Goran Bregovic.

 

>>>Accès aux fiches catalogue des œuvres présentées>>>

 

En cadeau, une playlist spéciale histoire de vous mettre dans l’ambiance :

 

Thématique “Sorcières” – printemps 2020

Circé, Mélusine, Morgane, Sybille, Freya, Ursula, Cassandre, Médée… Malgré les apparences il ne s’agit non pas de la liste des prénoms les plus en vogue en 2020 mais bien de quelques-unes des sorcières les plus célèbres du folklore. Hier chassées, aujourd’hui adorées, ces “diseuses de sort” font partie intégrante de l’imaginaire collectif. Est-ce parce qu’elles ont bercé notre enfance ? Elles nous sont familières, on pense les connaître… Mais qui sont-elles vraiment ?

Si de fait les sorcières, entendu ces femmes sages qui officient comme “médecin” à une époque où cette science n’est pas encore établie (ni confisquée par les hommes), existent depuis la nuit des temps, c’est au Moyen-Âge que le terme apparaît pour la 1ère fois dans un livre, Le Roman d’Enéas (1060). Quelques années plus tard la publication du Malleus maleficarum (1490), manuel de démonologie commis par deux inquisiteurs dominicains, Heinrich Kramer et Jacob Sprenger, finira de mettre le feu aux poudres.

Les pauvres vont alors être victimes de leur succès… Et surtout de leur statut de femme savante, gardienne de connaissances ancestrales et païennes, voire occultes. Deux fautes impardonnables au regard de l’Eglise et des puissants. On les affublera de tout ce que l’on considère comme des “tares” pour les femmes : vieilles, laides, méchantes, concupiscentes, infanticides… Mais surtout libres.

Assez ironiquement le mouvement de réhabilitation des sorcières est venu d’un homme, Jules Michelet. A travers son livre, La sorcière (1862), il invente une nouvelle symbolique : la sorcière est désormais le parangon de LA femme, entendre une créature “bienfaisante et victime”.
Un peu tard, ce sont les féministes des années 60-70 qui s’emparent de la figure de la sorcière pour en faire un symbole de résistance et de puissance des femmes.

Aujourd’hui le mouvement s’est hybridé avec la préoccupation contemporaine majeure qu’est devenue l’écologie, donnant naissance à l’écoféminisme. Ce retour à la nature, voire à une vision holistique du monde, s’incarne dans la spiritualité et les rites sacrés, le retour aux remèdes de “grand-mère” à travers l’herboristerie, les potions, les cristaux… Comme dit le dicton “ce sont dans les vieux chaudrons que l’on fait les meilleures soupes” : défiant le temps et les conventions, les sorcières continuent de faire recette ! N’est-ce pas là leur véritable subversion…

Derrière l’icône et le folklore qui sont réellement LES sorcières ? À vous de le découvrir au fil de notre sélection thématique !

LIVRES adulteS :

Téléchargement au format PDF

CINÉMA :

BANDES-DESSINÉES :

 

Tuto malin : transporter vos livres à la japonaise…

La thématique Japon, qui a occupé nos tables tout au long du premier trimestre 2020, touche à sa fin. Pour la clore en beauté, voici un tutoriel furoshiki. Ou comment transporter vos livres dans un emballage tissu simple à réaliser :

Etape 1 :

– Munissez-vous d’un tissu carré d’environ 25 cm x 25 cm (dimensions valables pour une pile de 5 ou 6 livres petit et/ou grand format ; prévoir un peu plus grand pour le transport de bandes dessinées).
– Positionnez-le en losange devant vous.

Etape 2 :

– Déposez votre pile de livres au centre du tissu, à l’horizontale.

Etape 3 :

– Réunissez les deux coins verticaux du tissu au dessus de votre pile.

Etape 4 :

– Nouez-les ensemble avec un nœud double.

Etape 5 :

– Réunissez les deux coins horizontaux du tissu au-dessus de la pile.

Etape 6 :

– Nouez-les ensemble avec un nœud double.

Etape 7 :

– Tadam ! Votre sac en tissu improvisé est prêt. Vous pouvez le transporter en vous servant du dernier nœud double comme d’une anse.

 

Merci à Laurence, de l’association Matsuri Events, qui a animé l’atelier furoshiki lors de la Nuit de la Lecture 2020. On lui doit l’idée de cet article !