Secteur adulte : nos dernières lectures…

1. Premier roman : BLIZZARD de Marie Vingtras

Bess est sortie dans la tempête avec le petit Thomas. Elle l’a perdu là, en plein blizzard, au beau milieu de l’Alaska. Mais qu’est-ce qui lui a pris à cette écervelée ? Benedict est obligé de partir à leur recherche. Il entraîne avec lui Cole. Eux connaissent les dangers de la région. Des hommes, des vrais. Pendant les quelques heures que vont durer les recherches, chacun va prendre la parole, livrer ses pensées, son histoire a priori indépendante des autres. Mais qui finit par les rejoindre, pour en arriver là, au moment de ce drame, partie émergée de l’iceberg…

Roman polyphonique construit comme un thriller, Blizzard est d’une redoutable efficacité. Les chapitres courts s’enchaînent à une allure vertigineuse. Les protagonistes sont extrêmement convaincants.
Un livre au propos très noir, par contraste avec la blancheur de ses paysages.
Une autrice à suivre de très près.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus de neige et de glace ?
Lisez donc De pierre et d'os de Bénédicte Cournut. Un roman mêlé de poésie, à la suite d'une jeune inuit piégée sur la banquise.
À emprunter au rayon adulte !

 

2. Littérature française : SEULE EN SA DEMEURE de Cécile Coulon

Dans ce que l’on imagine être la fin d’un dix-neuvième siècle rural, la jeune Aimée Deville devient l’épouse de Candre Marchère, héritier d’un grand domaine forestier. Candre est-il un homme à part ? Ou bien un monstre fanatique ? Aimée hésite entre ces deux visions de son mari. À cause de sa personnalité insaisissable. À cause d’une première épouse morte trop tôt, et du fils de la gouvernante, sauvageon mutique…

Le dernier livre de Cécile Coulon lorgne à la fois du côté du roman gothique, du roman psychologique et de terroir. Condition féminine, secrets de famille, obsession de la procréation : on y survole plusieurs sujets sans jamais vraiment s’appesantir. Reste une ambiance floue, teintée de légers mystères que l’on a envie de percer malgré tout.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus de jeunes mariées dans des maisons glauques ?
Lisez donc Rebecca, le classique indémodable de Daphné du Maurier, qui inspira Hitchcock en 1947 et plus récemment, Netflix.
À retrouver au rayon adulte !

 

3. Littérature fantastique : DEMAIN de Damian Dibben

Le narrateur de ce roman tant fantastique qu’historique est un chien. Mais pas n’importe quel chien. Un chien rendu immortel par l’alchimiste qui lui sert de maître. Ensemble, ils ont fréquenté les plus grandes cours royales européennes du 17e siècle, ainsi que l’absurdité des champs de bataille. Jusqu’à ce que le maître ne disparaisse et que le chien ne se retrouve seul à l’attendre pendant plus de cent ans…

À la lecture de cet ouvrage insolite, bien écrit et forcément ponctué de nombreuses réflexions sur l’éphémérité de la vie, on pense au Orlando de Virginia Woolf, aux Chroniques des Vampires d’Anne Rice ou même à La belle et le clochard de Disney. Une façon originale d’évoquer le lien puissant qui unit l’homme à l’animal domestique.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus d'immortels ?
Lisez donc La traversée des temps, monumentale série conçue par Eric-Emmanuel Schmitt et retraçant toute l'histoire de l'humanité au travers du personnage de Noam.
À explorer au rayon adulte !

 

4. Littérature française : NUMÉRO DEUX de David Foenkinos

Fans de la saga Harry Potter, nous ne pouvions pas passer à côté du dernier roman de Foenkinos. L’auteur y invente le calvaire psychologique de Martin Hill, jeune franco-anglais imaginaire qui échoue à décrocher le rôle d’Harry Potter au cinéma. À la dernière minute, les producteurs lui préfèrent un certain Daniel Radcliffe…

Même si le livre verse trop facilement dans le mélodrame, que son style hésite souvent entre documentaire et fiction, il faut au moins lui reconnaître deux atouts. Voire trois. Et d’un, il fourmille d’anecdotes sur les coulisses de la saga phénomène. Et de deux, on le referme en étant persuadé que Martin Hill existe réellement. Et de trois, malgré quelques grosses ficelles, son questionnement sur les notions d’échec et de réussite n’est pas dénué d’intérêt.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

 

5. Littérature américaine : LA RIVIÈRE de Peter Heller

Wynn et Jack sont deux amis. Ce qui les réunit c’est l’amour de la nature sauvage, la pêche, les randonnées, le canoé. Mais aussi la littérature. À la fin de l’été, ils partent en expédition sur la rivière Maskwa, loin de la civilisation. Un projet qu’ils mûrissent depuis longtemps. Et qui aurait dû se révéler idyllique. Si un gigantesque feu de forêt ne s’était pas déclaré. Si les deux gars ne s’étaient pas retrouvés mêlés à une dispute de couple…

Rugueux, descriptif, volontiers contemplatif, le roman de Peter Heller oscille entre récit de voyage, thriller et survie. L’homme y est aussi sauvage que la nature. L’imminence des catastrophes ne l’empêche pas de se livrer à ses turpitudes. Elle révèle les personnalités. Comme si l’incendie qui faisait rage dans cette forêt canadienne n’était qu’une métaphore de l’enfer moral humain.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus de descentes en canoé qui virent au cauchemar ?
Regardez donc Délivrance, le grand classique de la survie en eaux troubles par John Boorman. Avec Burt Reynolds et John Voight.
À (re)découvrir au rayon adulte !

Les derniers coups de ♥ du rayon adulte…

1. Littérature française : N'ENTRE PAS DANS MON ÂME AVEC TES CHAUSSURES de Paola Pigani

On croyait que tout avait été dit sur la seconde guerre mondiale. Paola Pigani nous prouve le contraire dans ce livre qui tient autant du témoignage que du roman. Il y est question du camp d’internement des Alliers où les membres de la communauté tsigane furent enfermés d’octobre 1940 à mai 1946.

C’est au travers des yeux d’Alba et de sa famille que nous vivons cette longue descente aux enfers. Sédentarisation forcée et confiscation des biens équivalent à la destruction de l’identité tsigane. Sans parler des conditions de vie au camp qui se dégradent au fil des ans.
Un sujet grave servi par l’écriture magnifique de Pigani, pleine de poésie et d’humanité.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus d'histoire tsigane ?
Regardez donc Django, le film d'Etienne Comar consacré à Django Reinhardt. Avec Reda Kateb dans le rôle titre.
À emprunter au rayon cinéma !

 

2. Littérature étrangère : UNE SOUPE À LA GRENADE de Marsha Mehran

Les sœurs Aminpour ont dû fuir la révolution iranienne de 1979. Elles atterrissent quelques années plus tard dans un coin perdu d’Irlande.
Leur atout pour s’y intégrer ? La cuisine traditionnelle de leur pays, mise à l’honneur au Babylon Café que les sœurs s’apprêtent à ouvrir. Ce qui n’est pas du goût de tous les autochtones.

Gastronomie, satire sociale et choc des cultures sont au menu de cet appétissant roman feel good à la sauce persane. Avec en prime les recettes de tous les plats à reproduire chez soi. Celles que nous avons retenues ? Le remède contre la migraine et le Fesenjoon (poulet aux noix et à la grenade). Bon appétit !

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus de révolution iranienne ?
Lisez donc Quand s'illumine le prunier sauvage de Shokoofeh Azar, où se mêlent magie des croyances et violence des événements.
À découvrir au rayon adulte !

 

3. Roman historique : LES GRACIÉES de Kiran Millwood Hargrave

17ème siècle norvégien, dans le petit port de pêche de Vardo. Tous les hommes meurent en mer lors d’une tempête aux allures surnaturelles. Les femmes sont obligées de s’organiser pour survivre seules. Jusqu’à ce que le gouverneur envoie son nouveau délégué, un arriviste fanatique, bien décidé à ramener la population locale dans le droit chemin, à coups de bûchers et d’accusations de sorcellerie.

Inspiré de faits réels, ce roman sombre et angoissant aborde la condition féminine, mais aussi celle du peuple sami à l’ère de la domination du mâle chrétien. On tremble pour ses héroïnes, Maren la villageoise, Ursa, la jeune épouse du délégué. Leur improbable amitié est la seule source de lumière dans ce monde obscurantiste.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

 

4. Roman d'aventures : DENT DE DINOSAURE de Michael Crichton

Nous avions adoré le livre de Tracy Chevalier, Prodigieuses Créatures, qui parle de femmes anglaises et de fossiles. Voici son pendant par Michael Crichton où il est question d’hommes américains et… de fossiles !
Comme dans le roman de Chevalier, on y suit un duo d’authentiques chercheurs, Othniel Marsh et Edward Cope, qui se livrèrent une véritable “guerre des os” au 19ème siècle. Coincé entre ces deux géants aux dents longues, un jeune et innocent héros tentera de survivre à l’expédition paléontologique de l’été 1875.

Tous les ingrédients du western sont réunis dans ce roman d’apprentissage palpitant. L’histoire des États-Unis y est abordée de façon subtile, notamment les guerres indiennes. On ne s’ennuie pas une seconde !

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus de dinosaures au far-west ?
Lisez donc Dry Bones de Craig Johnson, un roman qui mêle gros lézard, enquête policière et western.
À retrouver au rayon adulte !

Littérature adulte : nos derniers coups de ♥…

1. Rencontre d’auteurs : Laure Boutault et Laurent Lagarde

Le 16 octobre dernier, la Médiathèque de Lattes a organisé une rencontre exceptionnelle avec les auteurs lattois Laure Boutault et Laurent Lagarde, tous les deux primés par le magazine Femme Actuelle en 2021. Un double coup de cœur pour votre équipe de bibliothécaires :

Quel genre de retraité ferait un enfant des eighties ? C’est ce que Laurent Lagarde nous propose d’imaginer dans son roman Troisième jeunesse, en nous projetant une trentaine d’années en avant aux côtés de son héros Alexandre Delcourt, pensionnaire acariâtre d’une maison de retraite de luxe.
Rien ni personne ne trouve grâce aux yeux d’Alexandre. Sauf peut-être Flora et Stanislas, deux autres résidents avec qui il pratiquera respectivement le voyage imaginaire et le cerf-volant. Ou encore la séduisante Natacha et son fils Victor, gamin à part rencontré à l’occasion d’une sortie scolaire.
Avec le style d’un orfèvre et un humour pimenté au vitriol, Laurent Lagarde offre de beaux moments de réflexion sur ce que nous faisons de nos vies, sur la façon d’aborder le grand âge et le besoin de s’y réinventer encore.
Tout ça sur une bande son signée George Michael et Alain Souchon…

Dans son roman La robe du Lutetia, Laure Boutault nous raconte, quant à elle, une belle histoire d’amour pendant l’occupation allemande, dans un village reculé des Cévennes. À la mort de leur grand-mère Lisette, deux sœurs découvrent une robe gardée sous clé qu’elles ne connaissaient pas. Intriguées, elles vont mener une enquête, remonter ainsi le temps jusqu’à découvrir des secrets inavoués qui bouleverseront tout le village. Un livre qui nous fait vivre des moments forts et qui retranscrit l’attachement de deux petites filles devenues adultes à leur grand-mère.

Vous voulez plus de vieux grincheux ?
Lisez donc le roman feel-good de Fredrik Backman Vieux, râleur et suicidaire, la vie selon Ove.
À découvrir au rayon adulte !

 

2. Littérature française : L’AMI ARMÉNIEN d’Andréï Makine

Vous est-il déjà arrivé de croiser des gens qui donnent l’impression de ne pas appartenir à ce monde ? Des êtres lunaires, avec une vision si singulière de l’existence, qu’ils la traversent sans vraiment se prendre au jeu, en bouleversant vos certitudes au passage.
C’est ce genre de rencontre qu’évoque Andreï Makine dans L’ami arménien. Plus qu’un roman, il s’agit là de souvenirs, d’impressions remontant à l’adolescence de l’auteur. Des souvenirs qui prennent place dans la Sibérie soviétique des années 1970. Et qui ont pour point commun Vardan, jeune arménien de quatorze ans, dont Makine s’est fait un ami. Vardan souffre d’une maladie congénitale. Peut-être est-ce elle qui lui a donné la précocité d’un sage. Ou bien est-ce le poids de ses origines. Car à travers Vardan, c’est la condition de tout le peuple arménien que Makine va découvrir. Les maltraitances infligées par le régime soviétique, les douloureux stigmates du génocide. Mais aussi la chaleur de ce peuple, la dignité qu’il conserve malgré le dénuement, son hospitalité. La communauté arménienne sera comme une bulle de réconfort pour l’enfant  Makine, alors orphelin livré à l’inhumanité des institutions.
D’abord tendre, quand il s’agit de raconter l’amitié adolescente, la figure presque prophétique de Vardan, le livre devient de plus en plus dur et amer face à la rudesse de la vie, l’injustice faite aux peuples.
Un petit ouvrage authentique, plein d’humanité, de réflexions et de drames.
Impossible d’oublier Vardan après une telle lecture.

 

3. Littérature étrangère : LA SIRÈNE, LE MARCHAND ET LA COURTISANE d’Imogen Hermes Gowar

La sirène, le marchand et la courtisane… mais que se cache-t-il derrière ce titre à rallonge digne des Mille et une nuits ? Roman historique ? Conte fantastique ? Romance ? Comédie de mœurs ?
Un peu tout ça à la fois. Et en même temps, une description résolument moderne de la condition féminine dans l’Angleterre du 18ème siècle. Les femmes n’y pouvaient endosser que trois rôles : celui de la bonne épouse, de la vieille fille ou de la prostituée.
Angelica Neal appartient à la dernière catégorie. Courtisane en vue, elle vient d’essuyer un revers de fortune suite au décès de son noble “protecteur”. Quel choix lui reste-t-il ? Retourner dans la très respectable maison de son ancienne maquerelle, Mrs Chappell ? Trouver un autre noble protecteur qui, si elle s’y prend bien, fera d’elle une comtesse par l’absolution du mariage, comme son amie Bel Fortescue ?
À moins qu’une dernière possibilité ne s’offre à elle. Le veuf et bedonnant Monsieur Hancock ne ferait-il pas un bon parti ? Certes, il est marchand et beaucoup trop honnête. Mais il vient de faire fortune en exposant une horrible petite chose qu’il affirme être une sirène. En outre, il ne semble pas insensible aux charmes voluptueux d’Angelica…
Avec la maestria des plus grands auteurs classiques et une narration au présent très efficace, Imogen Hermes Gowar nous entraîne dans un tourbillon de mondanités et de sordidités qui suffit à ressusciter toute une époque. Au-dessus de ce temps perdu flotte la figure énigmatique de la sirène. Mais sirène y a-t-il vraiment ? N’est-elle pas qu’une allégorie de la femme libre et séductrice ? Un catalyseur de toutes les frustrations et de tous les désirs ?
Un livre brillant, mélange entre la série Harlots et La lune et le roi soleil de Vonda McIntyre, par une autrice à suivre de très près.

Vous voulez plus de sirène ?
Lisez donc Une sirène à Paris de Mathias Malzieu. Un roman poétique et délicat où l'amour et l'imaginaire se combinent au suspense.
À découvrir au rayon adulte !

Nos coups de cœur du moment, tous rayons confondus…

1. Littérature adulte : LA FUREUR DES HOMMES par Charles O. Locke

C’est en 2012 que les éditions Actes Sud et le réalisateur Bertrand Tavernier entament leur collaboration sur la collection “L’ouest, le vrai” dans le but de faire découvrir aux lecteurs français les romans à l’origine des plus fameux westerns.
La fureur des hommes est l’avant-dernier né de cette collection. Initialement publié aux États-Unis en 1957, il n’avait jamais été traduit en France malgré une adaptation cinématographique en 1958 par Henry Hathaway (voir l’excellente postface de Monsieur Tavernier à ce propos).

Le roman met en scène une chasse à l’homme, celle du jeune Tot Lohman, coupable malgré lui d’avoir tué l’un des fils Boyd. Même si Lohman est un garçon droit dans ses bottes, qu’il était en position de légitime défense, le reste du clan veut lui faire la peau. Les Boyd sont de riches propriétaires texans. Ils s’imaginent avoir droit de vie et de mort sur le quidam. Ils traqueront Lohman jusqu’au bout. Mais Lohman le leur rendra bien. Car malgré son éducation lettrée, il manie la carabine comme personne.

Le livre décrit un monde dur et violent qui pousse les hommes aux limites de la folie. Un monde en tout point aride, à l’image du désert que le héros traverse totalement démuni, manquant y trouver la mort. Cette aridité, on la retrouve aussi dans la narration dépouillée de Lohman, sobre bonhomme qui ne manque pas de maladresse quand il s’agit d’exprimer ses sentiments. Les épreuves qu’il connaît lui inspireront des réflexions sur le sens de la vie, sur l’injustice, sur la domination des faibles par les forts, lesquelles donnent au roman une puissance littéraire dépassant le seul western.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus de romans westerns ? 
Lisez donc les deux tomes de la série Lonesome dove, qui vous feront vivre le quotidien des cow-boys comme si vous y étiez.
À découvrir au rayon littérature adulte !

 

2. Thématique Elisabeth Ier : HAMNET par Maggie O'Farrell

Si le titre du roman de Maggie O’Farrell vous rappelle une célèbre pièce de Shakespeare, il n’y a là rien d’étonnant. Car Hamnet, le petit garçon dont il est question dans ce livre, n’est autre que le fils de Shakespeare. Ou plutôt du “précepteur”, du “fils du gantier”, du “jeune homme” comme le célèbre dramaturge est dénommé tout au long des 350 pages que compte l’ouvrage. Jamais Shakespeare n’est appelé par son nom. Il restera anonyme du début à la fin. Pourquoi ce choix ? Peut-être pour signifier qu’ici on va s’intéresser davantage à l’inconnu qu’à la célébrité. D’ailleurs,  l’histoire pourrait n’avoir aucun lien avec Shakespeare. Elle pourrait être celle de n’importe quelle famille anglaise du 16e siècle, tant les thèmes qui y sont abordés sont ceux du commun.

Au fond, il est moins question de Shakespeare dans ce livre, que d’Agnes, sa flamboyante épouse un peu sorcière sur les bords, de leur histoire d’amour controversée, de leurs difficiles rapports à la famille, de leurs enfants et de la perte.
Car Hamnet est la chronique d’une mort annoncée. Le garçonnet va mourir. C’est établi d’entrée de jeu, sur la base d’un document historique. La seule extrapolation que se permet Maggie O’Farrell est la cause du décès : elle choisit la peste, comme un écho à notre actualité sanitaire teintée d’épidémie. Mais elle arrive si bien à nous entraîner dans ses va-et-vient temporels, à détourner notre attention en usant de poésie, que l’on finit par perdre de vue l’issue fatale et même, à en être surpris. La narration au présent, qui fait la part belle aux accumulations pour amplifier l’effet tragique, est absolument superbe.
Une œuvre en état de grâce.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus de fictions sur Shakespeare ? 
Regardez donc le film Shakespeare in love, une irrésistible comédie sentimentale en costumes avec Joseph Fiennes, Gwyneth Paltrow, Geoffrey Rush... 
À découvrir au rayon cinéma !

 

3. Roman 7-10 ans : LES HÉRITIERS DE BRISAINE, TOME 1 par David Bry

Auteur de science-fiction pour adultes, David Bry n’hésite pas à mettre en scène des héros atypiques. Handicap, homosexualité : son œuvre prend des airs de manifeste pour la différence.
Dans le premier tome des Héritiers de Brisaine, sa nouvelle série jeunesse, cette caractéristique est beaucoup moins appuyée. Même si les brimades que le fils du seigneur fait subir aux indigents évoque la lutte des classes, même s’il existe un Ordre de Chevaliers aux allures de despote religieux, l’argument du livre reste une aventure fantasy tout ce qu’il y a de plus classique.

Au village de Trois-Dragons, les créatures magiques ont disparu suite à la guerre entre la Dame du Soleil et le Roi de la Nuit. Depuis, toute forme de magie est prohibée. Il n’y a que la vieille guérisseuse Brisaine pour oser encore en parler. Elle fait le bonheur des trois petits héros, Aliénor, Enguerrand et Grégoire, en leur racontant ce qu’elle sait à ce sujet. Jusqu’au jour où Aliénor disparaît dans la forêt attenante de Bois d’Ombres. Enguerrand et Grégoire vont devoir s’y enfoncer pour secourir la fillette, quitte à réveiller les vieilles malédictions…

On pense à Narnia, à Merlin l’Enchanteur et à tant d’autres encore. Le tout sublimé par les magnifiques illustrations de Noëmie Chevalier, au noir et blanc délicieusement gothique.
Les jeunes lecteurs y trouveront largement leur compte. Dès 9 ans.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

 

4. Roman ado : OLYMPE DE ROQUEDOR par Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place

La France possède un trésor sous-estimé : ses auteurs jeunesse. Biberonnés aux feuilletonistes du 19e siècle, ils renouent avec la longue tradition du roman d’aventures qui a fait rayonner le pays bien au-delà de ses frontières.
Après Timothée de Fombelle, Jean-Claude Mourlevat ou Yann Fastier, c’est au tour de Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place de nous livrer une pépite littéraire, écrite à quatre mains.

Olympe de Roquedor, c’est un peu comme si Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas avaient rencontré La vouivre de Marcel Aymé. Le pays d’Azeillan, où se déroule le roman, évoque la campagne d’un 17e siècle fantasmé : ses routes poussiéreuses, ses orages soudains, ses sous-bois parfumés, ses croquants superstitieux, ses brigands de grands chemins… rien ne manque pour rendre l’aventure vivante.
Sans parler des dialogues ! Ils sont si fins, si croustillants, si naturels, qu’on rentre d’emblée dans l’histoire. À eux seuls, ils permettent de saisir toute l’originalité des personnages : Olympe, l’héroïne éprise d’indépendance fuyant un mariage forcé ; Foulques , petit nobliau arrogant écrasé par la figure paternelle ; Décembre, irrésistible mélange entre Don Quichotte, Cyrano de Bergerac et Jack Sparrow ; Oost, grand blond dégingandé, un peu stupide, qui fera un improbable allié…

En résumé : 300 pages de pur plaisir, qui laissent quelques questions sans réponse, nous permettant d’espérer une suite prochaine. Dès 12 ans.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

 

5. Musique : CUZ I LOVE YOU de Lizzo

Lizzo est nue sur la couverture de son album. Elle est sublime et elle a raison de le montrer, de le crier haut et fort.

De formation classique (flûte traversière), elle excelle assez tôt dans le rap et signe en 2016 un contrat chez Atlantic Records. Et justement, vocalement, on retrouve chez elle du Aretha Franklin et du Otis Redding (Jerome) et même du Kid de Minneapolis (CryBaby) toujours avec cette énergie, cette fougue et cette confiance qui lui sont propres.

Elle est femme, noire et ronde. Elle a la rage et beaucoup de choses à dire. Patience… elle est en passe de devenir une véritable icône R’n’b.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

 

Littérature adulte : nos coups de ♥ du moment…

1. Histoire vécue : LES AVENTURES DE PÉNÉLOPE BOEUF, TOMES 1 & 2 par Pénélope Bœuf 

Dans ces petits romans autobiographiques qui sont le reflet de ses podcasts, Pénélope nous parle de ses envies, de ses doutes, de ses questionnements… autrement dit de sa vie !
Les courts chapitres pleins d’autodérision se dévorent comme les épisodes d’une série  télé.
Surtout, on se retrouve dans plein de situations !
Pénélope nous déculpabilise  et nous rappelle combien il est bon d’être soi, dans toutes nos imperfections.
Bref, les aventures d’une nana qui n’a pas sa langue dans sa poche.
Deux ouvrages frais et légers qui sont toujours bienvenus.

>>> Accès aux fiches du catalogue en ligne >>>

 

2. Littérature française : FLORIDA par Olivier Bourdeaut

Florida, c’est l’histoire d’Elizabeth une mini-miss exploitée par sa mère  qui voue une obsession maladive aux concours de beauté, occultant les besoins essentiels de son enfant. Dès l’âge de sept ans, au fil des concours et des années qui passent, la fillette ressent de plus en plus de rancœur envers ses parents : une mère maltraitante pour qui la beauté et le fait de gagner des concours sont la seule chose valable, un père qui reste dans l’ombre…
Jusqu’à ce que sur la scène d’une énième compétition, Elisabeth se rebelle et troque les podiums contre la pension. L’élève brillante et jolie, détestée par ses camarades, se réfugie dans la boulimie, avant que le désir de plaire à un garçon ne lui impose un régime draconien.
Puis l’adolescente rejette ce corps source d’ennuis en devenant  adepte de la musculation effaçant ainsi toute féminité. Mais la performance ne s’arrête pas là… la descente aux enfers est irrépressible.

Ce roman est une réflexion percutante  sur la marchandisation des corps, sur la tyrannie de l’image et la quête d’identité.
Le diktat des apparences est dénoncé à travers l’héroïne qui compense sa fragilité par une maîtrise physique obsessionnelle jusqu’à l’autodestruction.

>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus de mini-miss ?
Regardez donc le film Little miss sunshine, un road-movie tendre et loufoque avec Steve Carell, http://ctlg.mediatheque-lattes.fr/detail-d-une-notice/notice/1400100093Toni Collette, Paul Dano…
À découvrir au rayon cinéma !

 

3. Science-fiction : L'OURS ET LE ROSSIGNOL par Katherine Arden

On a tendance à l’oublier, mais en matière de mythes et de légendes, il n’y a pas que les grecs ! Certes on commence à s’intéresser à la mythologie scandinave depuis que Marvel a transformé le dieu Thor en super-héros. Mais qu’en est-il du folklore russe, riche de nombreuses créatures magiques, de divinités mystérieuses et de contes à foison ?

La trilogie Une nuit d’hiver, écrite par l’américaine Katherine Arden, exploite ce filon. L’ours et le rossignol en constitue le premier tome. Nous y évoluons dans une Russie médiévale, aux limites de l’Histoire et de la fantasy. Dans ce monde rude, dominé par l’hiver, christianisme et vieilles croyances païennes s’affrontent. Vassia, fille d’un seigneur de campagne, communique avec les esprits du foyer, des bois et des lacs. Pour sa belle-mère Anna Ivanovna, ainsi que pour le jeune prêtre Konstantin fraîchement débarqué dans son village, elle n’est qu’une sorcière dont il faut vite se débarrasser. Pour les autres, son père Piotr, sa vieille nourrice Dounia, elle est la digne fille de sa mère, libre et sauvage, héritière d’une magie ancestrale. Mais aussi leur seul rempart contre les menaces surnaturelles venues du fond des âges : un cavalier froid comme la glace, un dieu au visage ravagé, des morts qui reviennent à la vie…

Tous les ingrédients du conte sont présents dans cette réécriture sombre et moderne, où le froid devient palpable, les nuits redoutables et l’angoisse croissante.

>>> Accès à la fiche du catalogue >>>

Vous voulez plus de folklore russe ?
Lisez donc la bande-dessinée Le roi des oiseaux, réinterprétation moderne magnifiquement mise en images par l'américain Alexander Utkin.
À découvrir au rayon BD 7-11 ans !