Thématique “Uchronie” – automne 2018

Carte des États-Unis inspirée du Maître du haut château de Philip K. Dick…

L’Uchronie est un genre artistique qui imagine ce que serait le monde si le cours de l’Histoire avait été différent.
On peut résumer l’Uchronie par la question “Et si… ?” : et si l’empire romain n’avait jamais été démantelé ? Et si les Nazis avaient gagné la deuxième guerre mondiale ? Et si JFK n’avait pas été assassiné ?

À l’origine, l’Uchronie proposait des alternatives plausibles à l’Histoire. Désormais, elle verse volontiers dans le merveilleux, en englobant d’autres sous-genres, tel que la Fantasy historique. Ici, on mélange des éléments historiques à des éléments fantastiques : et si les Anglais avaient recouru à la magie des fées pour combattre Napoléon ? Et si les extraterrestres avaient débarqué pendant l’exposition universelle de Paris ? Et si Richelieu avait possédé une armée de dragons ?

Les différents secteurs de la Médiathèque s’associent pour vous faire découvrir ce genre un peu fou, mais néanmoins passionnant.

Littérature adulte :

Téléchargement au format PDF

Littérature jeunesse :

Téléchargement au format PDF

Cinéma :

Téléchargement au format PDF

Bande-dessinée :

Téléchargement au format PDF

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Programmation du théâtre Jacques Cœur – saison 2018/2019

Téléchargement au format PDF

 

La Médiathèque de Lattes se met au diapason du Théâtre Jacques Cœur pour sa programmation 2018-2019. Retrouvez les livres qui ont inspiré les spectacles, sur la table dédiée, juste à l’entrée de la médiathèque.

 

Programme complet de la saison théâtrale :

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Thématique “Musiques de séries et de jeux vidéos” – Rentrée 2018

Téléchargement au format PDF

 

Afin d’inaugurer un nouveau rayon de son fonds musical (cotes 521 et 523), la Médiathèque de Lattes vous propose une  table thématique consacrée aux musiques de séries et de jeux vidéos.

Moins connues du grand public que les bandes originales de films, les musiques de séries et de jeux vidéos ne font pas moins appel à des compositeurs prestigieux -voire aux mêmes compositeurs- et sont capables de rivaliser avec les plus grosses productions hollywoodiennes.

Explorez ces nouveaux territoires sonores en vous laissant guider par Maître Pacman…

 

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Thématique “Romans Feel Good” – été 2018

Téléchargement au format PDF

 

Envie de légèreté et d’optimisme pour garder le moral tout l’été ?

Envie d’histoires qui finissent bien, où les héros trouvent leurs voies et s’épanouissent enfin ?

Nous avons ce qu’il vous faut : une sélection de romans Feel Good, à consommer sans modération…

 

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Thématique BD : le style atome

A l’occasion de l’anniversaire de l’Atomium de Bruxelles (1958-2018), nous vous proposons de (re)découvrir la BD de style Atome.

A la fin des années 70, toute une nouvelle génération de dessinateurs français, belges et, plus largement, européens, prend ses distances avec les expérimentations underground nées à la fin des années 60. Emergeant au même moment qu’une nouvelle scène musicale post-punk - les néoromantiques et leur new wave - les Ever Meulen, Yves Chaland ou Joost Swarte vont revisiter l’école graphique de leurs aînés, notamment celle de Marcinelle incarnée par Franquin, Tillieux ou Jijé.

Le Hollandais Joost Swarte fut la figure de proue de ce mouvement. Lui qui inventa le terme "ligne claire" pour qualifier la rigueur du dessin d’Hergé et de "l’école de Bruxelles" œuvra à nouveau pour la postérité en qualifiant le "Style Atome" qu’il définissait alors comme "L’Art déco contemporain d’il y a trente ans". Ou le plaisir débridé des lignes, des courbes, des couleurs sur fond d’optimisme et de société de consommation qui avait vu naître sur la planche à dessin d’un Franquin, entre autres, quelques-unes des plus belles cases de l’histoire de la bande dessinée. Mais comme en 1977, les déceptions du Flower Power, la guerre du Vietnam, la crise pétrolière et le nihilisme punk étaient passés par là. Swarte et ses petits camarades allaient mêler nostalgie et ironie aux délires d’un déjà passéiste "space age". L’Atomium est l’ambivalent totem de ce style : à la fois culte du progrès bienheureux et signe des angoissants excès de la science... 

Pour en savoir plus : cliquez ici et ici)
Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !