Retour sur les écoutes musicales du 15 juin 2019 (Audiofil 079)

Téléchargement de la liste des morceaux au format PDF

Les 79èmes écoutes musicales, le 15 juin dernier, déroulées se sont.

Bon… nous reprenons de suite la parole et le flambeau à Maître Yoda car il est sympathique mais un peu pénible à suivre. La thématique de l’audiofil a donc été, vous l’aurez deviné, Star Wars. Plus exactement, Thibault nous a décortiqué la bientôt nonalogie de George Lucas et consorts sous l’angle de la musique et du fameux (faux) retraité John Williams.

Nous avons abordé les thèmes récurrents attachés aux personnages (des leitmotiv, comme chez Richard Wagner), les variations, le rôle des instruments, les orchestrations et rebondi de trilogie en trilogie. Les détails techniques ont côtoyé les anecdotes et le tout baignait dans la force des notes, une évidence dès lors qu’on s’affranchit des images.

Encore bravo à Thibault pour son travail précis et encyclopédique.

Enfin, rendez-vous final de la saison des écoutes musicales pour le blind test qui démarrera – attention – à 10h00 pétantes. Les retardataires marqueront moins de points…

 

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Retour sur les écoutes musicales du 18 mai 2019 (Audiofil 078)

Téléchargement de la liste des titres au format PDF

 

Les écoutes musicales viennent de passer le 78ème niveau, et qu’y a-t-on vu ?
Est et ouest s’entrecroiser : le sitar d’Anoushka Shankar (fille de) s’enrouler autour de la guitare d’un Monténégrin (Milos) ; un trio palestinien d’ouds (Le Trio Joubran) s’acoquiner avec un piano jazz ; Jean-My Truong, batteur au parcours légendaire, lorgner vers l’Inde dans son jazz fusion ; ou encore la pianiste Yuja Wang reprendre le francissime Dukas (l’âpre anti-sorts sied !) ; et même le regretté Didier Lockwood flirter avec la world music !

En bonus, Audrey nous a fait l’éloge de la lenteur, du silence et du suggéré à travers deux bougons (de génie ?) : Mark Hollis et Bertrand Belin.
Éclectique ? À vous de juger et d’écouter !

Rendez-vous pour l’Audiofil 079 le samedi 15 juin et pour le traditionnel Blind test le samedi 29 juin, soit deux fois plus de bonheur avant la pause estivale…

Ci-contre, de haut en bas : Anoushka Shankar, Trio Joubran, Jean-My Truong, Yuja Wang, Bertrand Belin

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

A vos agendas !

musicplanete
Ecoutes musicales

samedi 29 juin à 10h15
spécial blind-test

Rendez-vous dans l’espace Musique & Ciné de la Médiathèque pour 2h de découverte et de partage autour de la musique !

♫ Les écoutes musicales, ce sont 2h consacrées à l’écoute d’extraits de morceaux de musique de tous les genres, de toutes les époques et de tous les continents. Chaque audition est suivie d’une explication / analyse et d’un échange avec les participants. Public adulte. Réservation au 04.67.22.22.31. ♫

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

On en parle #3

On en parle ? Sélection de films autour de l’actu
Cannes 2019 : quand les zombis ouvrent les marches

De la pénombre de la série Z au zénith de Cannes, les zigzags des zombis les auront finalement menés très loin… Mi(z) à l’honneur à Cannes dans deux films d’auteurs (Dead don’t die, de Jim Jarmusch & Zombie child, de Bertrand Bonnello), on assiste aujourd’hui à une véritable reconnaissance du genre. Une bonne occasion de réviser ses classiques ! Nous vous propo(z)ons donc un zoom sur quelques films marquants (z)et cultes :

Vaudou, de Jacques Tourneur (1943)
aux racines du mythe

En situant l’action de son film à Saint-Sébastien, une île proche d’Haïti, Jacques Tourneur inscrit son récit au plus près des racines du mythe. Il est d’ailleurs intéressant de souligner que, si le titre français renvoie aux sources africaines des zombis, le titre original, I walked with a zombie, évoque quant à lui le berceau haïtien ; à eux seuls ces deux titres nous offrent une généalogie du mythe. Que l’histoire elle-même vient illustrer : qu’est ce que le personnage de Jessica Holland, malade apathique et apparemment incurable, sinon une illustration du zombi “traditionnel” ? Au-delà de son ancrage légendaire, Vaudou est un très beau film d’atmosphère tel que Tourneur sait les faire : l’art de la suggestion et du clair-obscur… Envoûtant. [Cote : F TOU]

La nuit des morts vivants, de G. Romero (1968)
des zombis aux zombies

Attention, film culte ! Et pour cause : La nuit des morts vivants a véritablement édicté les codes du genre. Mais plus encore que les seules trouvailles formelles (caméra portée, montage heurté), l’apport de Romero réside dans le discours : le zombie, métaphore d’une humanité aliénée, devient le porteur d’un message politique. Américanisation du genre, américanisation du mot : le terme portera désormais un -e final. [Cote : F ROM]

28 jours plus tard, de Danny Boyle (2002)
les zombies accélèrent

Oubliez le zombie avec sa démarche hiératique ; ici les morts-vivants ont pris un sérieux coup d’accélérateur. D’ailleurs le programme est annoncé dès le titre : 28 jours, et pas un de plus… Un symptôme révélateur d’une époque ? [Cote : F BOY]

[REC], de J. Balaguero & P. Plaza (2007)
un film à sensations (fortes)

Reprenant le dispositif de la caméra embarquée initié par Romero, [REC] creuse la veine du subjectif et lorgne du côté du jeu vidéo (et plus particulièrement du survival horror). Le spectateur est véritablement engagé dans l’action ; effets de surprise garantis…  Âmes sensibles s’abstenir ! [Cote : F BAL]

Les revenants (2012-2015)
la série TV

Amateurs d’hémoglobine et de sensations fortes, passez votre chemin ! Couleurs neutres, ambiance brumeuse : cette série télévisée française joue la carte de l’onirisme et explore la piste psychologique. Car au fond rencontrer des revenants, c’est aussi faire face au deuil et affronter la culpabilité des vivants face à leurs morts… [Cote : F REV]

Zombillenium, d’Arthur de Pins & Alexis Ducord (2017)
gentil zombie

Faisant sienne l’adage qui veut que l’on est jamais mieux servi que par soi-même, Arthur de Pins, aidé d’Alexis Ducord, est passé à la réalisation pour adapter sa propre bande-dessinée. Il nous livre ici une version sympathique de la figure du zombie (et de tout le panthéon horrifique par la même occasion), mêlant fantastique, humour mais aussi discours politique. Une bonne entrée en matière sur le thème à partir de 10/12 ans. [Cote : A PIN]

La nuit a dévoré le monde, de D. Rocher (2018)
le film de zombie “à la française”

L’originalité de ce huis-clos porté par l’acteur Anders Danielsen Lie réside dans le renversement des proportions : la solitude a désormais changé de camp. Là où La nuit des morts vivants s’attachait à observer la dynamique de groupe face à la menace, Rocher laisse son personnage évoluer dans un Paris vidé de toute présence humaine. La normalité a changé de camp… [Cote : F ROC]

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

A vos agendas !

Heures du conte (0-3 ans) ★

Mercredi 19 juin à 10h et 10h30

Le nombre de places est limité : pensez à réserver ! Sur place ou par téléphone au 04.67.22.22.31. Les inscriptions sont ouvertes 1 mois avant la date prévue de l’animation.

★ L’heure du conte est animée par l’association AURAL. Les séances durent environ 30 min.★

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !