Confinés… (mais cultivés) #2 – guide Netflix

Véritables phénomènes planétaires de ces dernières années, les plateformes de vidéos à la demande se multiplient. Face à une offre devenue pléthorique, que choisir ? Voici nos derniers coups de cœur…

Un petit conseil : l'essai d'un mois est gratuit. Si vous voulez juste jeter un œil à nos recommandations sans débourser un centime... (3 jours avant la fin de la période de test, un mail vous est envoyé pour vous prévenir et vous demander si vous souhaitez "prolonger l'expérience". Il vous suffit alors de cliquer sur le lien pour signifier votre choix).

1- Big fish et begonia, de Xuan Liang et Chun Zhang (2016)

Genre : film d’animation chinois

Chun est un être céleste qui doit s’occuper des bégonias. À ses 16 ans, elle est envoyée dans le monde des humains sous la forme d’un dauphin afin d’accomplir son rituel de passage à l’âge adulte. Kun, un humain, lui sauve la vie, mais perd alors la sienne. Avec l’aide de son ami Qiu, elle essaie de ranimer l’esprit de Kun afin de le remercier de l’avoir sauvée…

Ce film d’animation nous emmène dans un monde merveilleux et magique à  la rencontre de la culture chinoise. Nous sommes directement immergés dans un univers époustouflant à la rencontre de créatures mythologiques !

2- Rango, de Gore Verbinski (2011)


Genre : film d’animation trépidant – à partir de 10 ans (également disponible en DVD à la médiathèque)

Rango est un lézard en pleine crise d’identité. Sa vie va accidentellement basculer du statut d’animal de compagnie en  héros de l’Ouest sauvage…

À travers cette parodie de western, nous suivons les péripéties du personnage qui essaie de définir le sens de sa vie en sauvant un village du désert, privé d’eau à cause des manigances et de la soif de pouvoir du maire de la ville. Un film d’animation drôle et attachant accompagné d’une musique grandiose !

À propos de la musique du film, vous pouvez en apprendre davantage sur son compositeur, le mythique Hans Zimmer, en regardant la vidéo ci-dessous :

3- You, série de Greg Berlanti et Sera Gamble (2018)


Genre: thriller dramatique

Joe est un jeune homme qui a tout pour lui. Ce féru de littérature a la chance de travailler dans une librairie, dans laquelle il va rencontrer Beck, une charmante jeune fille qui veut  être écrivaine et sur laquelle il flashe instantanément. Il ne sait quasiment rien d’elle, mais elle deviendra l’objet ultime de ses désirs, c’est elle qu’il veut et pas une autre. Persuadé qu’ils sont faits l’un pour l’autre, il va alors se servir des réseaux sociaux pour nourrir son obsession et tenter de faire tomber tous les obstacles qui pourraient se dresser en travers du chemin de leur possible romance. Quitte à commettre des actes totalement fous… Thriller psychologique en deux saisons, haletant…

Et vous, qu’avez-vous aimé ? N’hésitez pas à partager vos découvertes en commentaire !

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Retour sur les écoutes musicales du 8 février 2020 (Audiofil 082)

Téléchargement de la liste des morceaux au format PDF

Chapitre 82…

Où l’on apprend que la 15ème étoile la plus brillante dans le ciel est la première de la constellation de la Vierge (Spica) et aussi un titre électronique du (regretté) percussionniste Morris Pert.
Où l’on parle de jazz modal, mais à propos d’une chanteuse de rock très éclectique, Jane Siberry.
Où l’on voit aussi que pour chanter le jazz, pas besoin d’envoyer du décibel mais que la douceur peut l’emporter, tel Michael Franks.
Où l’on confirme que Pascal Dusapin est bien un pilier de la musique contemporaine avec ses pièces pour solo d’orchestre.
Où le hasard rapproche un Italien, Paolo Conte, et une Marocaine, Oum, faisant le point sur la quarantaine (on parle des ans, pas de virus).
Où la French Touch de Flavien Berger et le jazz époustouflant de Christian Scott réconcilient tous les participants.

Décidément, les écoutes musicales se vivent comme un roman à rebondissements !

Ci-contre, de haut en bas : Morris Pert, Jane Siberry, Michael Franks, Paolo Conte, Oum, Christian Scott

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Coup de ♥ DVD : 303 x OH LUCY ! x RETOUR DE FLAMME

L’amour, c’est mieux à trois.

N’y voyez là rien de scandaleux, c’est juste qu’à la médiathèque de Lattes, quand on aime on ne compte pas ! Cette fois-ci ce ne sont donc pas un, mais trois films qui ont conquis nos cœurs ces dernières semaines. Et puis ne dit-on pas : 1+1 = 3 ?!

… ou plutôt 303. Derrière ce drôle de titre se cache une pépite de fraîcheur : un road trip à travers l’Europe, de l’Allemagne jusqu’au Portugal, en passant par la Belgique et la France. Et oui, 303 n’est pas une référence à un quelconque numéro de chambre d’hôtel mais bien au modèle de van dans lequel Jule, une étudiante idéaliste, et Jan, un jeune auto-stoppeur, vont voyager, s’affronter, se confronter, se réconcilier… Car que fait-on en voiture sinon discuter ? Dans ce cocon hors du temps Jan et Jule vont parler, parler, parler… de tout, de rien, mais au fond, d’eux ; au rythme bucolique des paysages champêtres et des lieux traversés ils vont débattre : de la mort, de la vie, de l’amour. Jusqu’à une magnifique scène de baiser, d’une délicate sensualité…  Servi par une photographie très 70’s, le film baigne dans une atmosphère empreinte de douceur et nous laisse complètement chaviré…

De road trip sentimental aussi, il est question dans Oh Lucy !. Où l’on suit Setsuko, une tokyoïte dont la vie terne et solitaire va brusquement s’ouvrir à la fantaisie à la faveur d’une improbable rencontre avec un professeur d’anglais aux méthodes peu orthodoxes (Josh Harnett, à contre-emploi). Quand ce dernier disparaît du jour au lendemain, Setsuko part à sa recherche et embarque sa sœur dans une quête qui la mènera jusqu’à la Californie… Sur fond de choc des cultures (ressort toujours efficace à la cocasserie, dont le climax figure ici dans la scène du cours d’anglais. Une leçon d’où notre héroïne ressortira affublée d’une improbable perruque blonde !), le film dépeint les 1001 nuances de l’amour. Autant de touches de couleurs dans un monde citadin largement dominé par le gris, les tons sourds et éteints. Voir peu à peu cette femme s’épanouir et se révéler à elle-même nous rappelle à quel point l’amour peut nous ramener à la vie, pour le meilleur…

… et pour le pire. Ce pire-là que goûtent Marcos et Ana, c’est celui du nid vide, de l’usure du temps, des sentiments qui se fanent, de l’indifférence qui s’installe, des conversations qui se meurent… Marcos et Ana, 25 ans de mariage et une séparation au bout du compte. Mais comment faire face à soi après une vie passée à deux ? Au-delà du seul thème du divorce (tracasseries administratives et autres joyeusetés incluses) se profile celui de la crise existentielle et, à ce titre, le film pose une question cruciale : l’individu est-il soluble dans l’eau de vaisselle du couple ? Épineuse question, que Juan Vera, le réalisateur, se laisse le temps d’explorer. Scrutant les mouvements infimes, les hésitations et le pas de deux de ses personnages sur plusieurs années. Se séparer pour mieux se retrouver ? A chacun ses secrets…

Références
303, de Hans Weingartner (2018)
Cote : F WEI
Référence
Oh Lucy !, d'Atsuko Hirayanagi (2017) 
Cote : F HIR
Référence
Retour de flamme, de Juan Vera (2018) 
Cote : F VER
Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Acquisitions DVD – janvier 2020

Si nous avons choisi d’illustrer la couverture de notre dernière liste de nouveauté par une photo tirée du dernier film de Quentin Tarantino, ce n’est pas pour la plastique ni pour la gueule d’ange de Brad Pitt (quoique… ce dernier prouve que, à l’instar du cinéma, on peut avoir passé l’âge de jeune premier et encore porter beau ! – ce qui vient servir notre propos à brûle-pourpoint).

Non, si Once upon a time in Hollywood s’est imposé à nous, c’est avant tout parce que ce film est une déclaration d’amour au cinéma et à son histoire. Truffé d’hommages et de références*, il donne envie de se replonger dans les archives du 7ème art…
Car on peut être l’un des réalisateurs les plus pop de ces dernières décennies, et assumer – voire revendiquer – un solide héritage culturel. La culture, ce terreau qui nous relie, dans lequel plongent nos racines et fertilise notre imagination…

Voilà pourquoi nous continuons (et nous continuerons) à acheter et mettre à votre disposition des films en noir et blanc, des films muets, des films indépendants, bref, des introuvables sur les plateformes… Pour apprécier le présent (et nos dernière nouveautés !) dans toute sa richesse, n’oublions pas le passé !

* à ce sujet nous vous conseillons ce passionnant documentaire RIP ! : manifeste en faveur du remix, de Brett Gaylor (cote : 306.1 GAY), qui explore la question du droit d’auteur dans l’ère numérique, en faisant tomber les barrières entre consommateurs et créateurs de produits culturels…

Pour consulter l’intégralité de la liste des nouveautés, cliquez ICI !

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

A vos agendas !

musicplanete
Écoutes musicales

samedi 7 mars 2020 à 10h15

Rendez-vous dans l’espace Musique & Ciné de la Médiathèque pour 2h de découverte et de partage autour de la musique !

♫ Les écoutes musicales, ce sont 2h consacrées à l’écoute d’extraits de morceaux de musique de tous les genres, de toutes les époques et de tous les continents. Chaque audition est suivie d’une explication / analyse et d’un échange avec les participants. Public adulte. Réservation au 04.67.22.22.31. ♫

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !