LA SORCIÈRE ET L’OCCIDENT, Guy BECHTEL

Qui étaient les sorcières, ou qualifiées comme telles ? Lançaient-elles vraiment des sorts ? Habitaient-elles les villes, les campagnes ? Étaient-elles toutes des femmes âgées ? Pourquoi, surtout, après les avoir tolérées de longues années, les tuait-on un jour ? Ces questions ont toujours embarrassé les historiens, qui laissaient volontiers le sujet aux romanciers.
Dans la perspective large de Guy Bechtel, la liquidation massive des sorcières est liée à l’émergence de la modernité religieuse et sociale du continent, phénomène d’exclusion parmi d’autres dans une vaste histoire de la persécution qui n’a pas fini de produire des purifications ethniques ou politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *