Confinés… (mais cultivés) #17 – Coups de cœur et bons plans musicaux

Toutes les œuvres suivies d’un astérisque (*) sont disponibles dans votre Médiathèque :

1. Fyfe Dangerfield : le retour !
Les Guillemots

Souvenez-vous des Guillemots… après une poignée de singles géniaux dès 2005, notamment “We’re here”, ce groupe cosmopolite (un batteur écossais, une contrebassiste canadienne, un guitariste bruitiste brésilien et un chef chanteur pianiste guitariste et surtout compositeur anglais, Fyfe Dangerfield) va sortir trois albums(*) foutraques de 2006 à 2011, tellement inégaux, pop, expérimentaux, décalés et irréguliers qu’on ne pouvait pas les détester. Puis se lancer dans un projet ambitieux de quatre albums saisonniers en 2012. De ce projet ne naîtra que le premier album : le calme, élégiaque et très réussi Hello land ! qui n’aura jamais de petit frère.
Hélas ! Plus la moindre nouvelle du groupe depuis ! Et si le boss a livré un bel opus solo en 2009, le très pop et lyrique Fly yellow moon(*), lui non plus n’a plus rien produit de solide depuis.
Mais voilà qu’au détour du confinement, on apprend que le bonhomme donne des concerts, le samedi soir, de chez lui, sur son compte Instagram :


Et l’histoire ne s’arrête pas là ! On découvre aussi l’existence d’un feuilleton diffusé en 2018 sur Instagram en 12 épisodes hebdomadaires, dans lequel le musicien s’adonne à tous ses penchants : le collage, l’improvisation, les personnages joués avec plusieurs voix, le loufoque… le tout servant quelques perles pop serties dans ce fatras surréaliste.
Et les épisodes (autour de 20 minutes chacun) sont désormais accessibles et téléchargeables gratis sur le site de l’artiste :


Alors, si un jour vous avez aimé le groupe, soyez sûr.e.s que ce tendre cadeau va vous surprendre, vous alpaguer, vous emporter et ne vous lâchera plus. En live comme en streaming.
Daevid Allen n’est plus. D’autres doux-dingues demeurent. Et ils n’ont pas dit leur dernier mot pour rendre le monde… plus vivant, vivace et vivable.

 

2. Jane Siberry contre-attaque !
Jane Siberry

Chanteuse et compositrice canadienne découverte par vos serviteurs dans l’article d’un vieux Rock & Folk, Jane Siberry évoque une sorte d’hybride entre Laurie Anderson, Kate Bush et Joni Mitchell. Ses productions éclectiques explorent un large éventail de genres allant de la pure pop new wave à une techno quasi prog, en passant par une country distanciée ou une cold wave éthérée. Le plus étonnant étant l’impression d’unité qui se dégage de cette œuvre protéiforme. Une unité qui provient non seulement de la voix ample de Jane, de ses paroles cryptiques, mais surtout de ses compositions échevelées, pouvant passer du coq à l’âne, dont la durée n’est dictée que par le souffle du récit et certainement pas par un format quelconque. C’est peut-être ce qui a eu raison de son succès : ce refus du format et du cadre défini d’un genre musical figé. Ses duos avec KD Lang lui ont tout de même permis de toucher un plus grand public, notamment “Calling all angels”.

The Walking

Pendant 4 ans Jane Siberry se cacha derrière le nom d’Issa, pseudo alter ego qui ne fit que réduire les rangs de ses admirateurs. Depuis, elle s’appelle à nouveau Jane et continue de faire des disques magnifiques sur son label Sheeba dans l’indifférence quasi générale des médias, et par là-même du public.
En ces temps de partage latéral de l’information, nous attirons donc, avec la plus grande énergie, votre attention sur cette artiste majeure aux 17 albums vraiment hors du commun. S’il ne fallait en retenir qu’un seul ? The Walking(*), sorti en 1987.

Pour découvrir le travail de Jane Siberry, rien de mieux qu’un petit tour sur sa chaîne YouTube :

Vous y trouverez des extraits de disques, des clips officiels et même un superbe documentaire, I muse aloud, qui permet de cerner un peu mieux le personnage…

D’autres liens utiles :
> Jane Siberry, le site officiel :

> La boutique officielle, pour télécharger GRATUITEMENT tous les albums de Jane Siberry :

> P.I. Squid, la chaîne d’humour ésotérique et “pythonesque” de Jane Siberry :

 

3. A WIZARD, A TRUE STAR(*) de Todd Rundgren

Venu du “garage psyché” avec son premier groupe Nazz, Rundgren s’affiche vite comme un prodige de la guitare et du studio, s’attirant la reconnaissance de ses pairs. En 1972, il réalise son troisième album, Something/Anything ?(*), quasiment seul. Cette prouesse lui offre une réputation de touche-à-tout de génie qui ne se démentira plus. Ce Something / Anything ?(*) était-il déjà parfait et kaléidoscopique ? Qu’à cela ne tienne ! Sa production suivante, A wizard, a true star(*), ira encore plus loin : des faces très longues avec, en face A, une suite ininterrompue, en face B, un long medley soul, et surtout un hommage appuyé à toutes ses influences.
Amoureux de la musique noire, Rundgren invente quasiment, sur cet album, la blue-eyed soul, un poil plus léchée et distanciée que l’originale qui lorgnait déjà vers la pop.
Fou de hard, il y déchaîne ses solos et ses vocaux hurlés en tous sens.
Dandy, il y exprime son amour des textes décalés, surréalistes, et son goût pour les morceaux miniatures acidulés ou bien étirés et psychédéliques.
Fan des Beatles, il y peaufine des mélodies à tomber par terre, s’accompagnant au piano sur les ballades.
Rajoutez-y un zeste d’invités (solo incandescent au saxo de Michael Brecker, poème de Patti Smith sur un insert sparadrap…), collages, trafics de studio, divers bruitages et agitez le tout. Vous obtiendrez un hybride total, protéiforme en plein dans son époque, mais aussi un pas de côté. La trop grande richesse de l’objet peut repousser, tel un festin offert à un famélique sortant du désert.
Rundgren n’en restera pas moins une source d’inspiration pour les musiciens curieux tel que Prince, ou les mélomanes affectionnant les doux-dingues de son acabit.

 

4. Des concerts en pagaille !

Nous l’avons déjà suffisamment rabâché : le site web de la chaîne Arte est une véritable mine d’or pour les “cultuvores” de tous poils. Pas un art qui en soit absent ! Ce qui est aussi valable pour la musique. Si vous ne nous croyez pas, allez donc faire un tour du côté d’Arte Concert :

“Plus de 600 concerts en streaming et en accès libre”, c’est ce qu’ils disent ! Classique, jazz, rock, artistes d’hier et d’aujourd’hui… de quoi trouver largement votre bonheur !

En ce qui nous concerne, ce sera le concert d’Alexandre Desplat enregistré en décembre 2018 à l’auditorium de Radio France :

Comment ? Vous ignorez qui est Alexandre Desplat ? Rien de moins qu’une fierté nationale : le compositeur français de musiques de film le plus convoité du moment ! Auréolé d’une myriade de prix, il a notamment remporté deux oscars pour son travail sur Grand Budapest Hotel* ou La forme de l’eau* ! La classe !
Mais Alexandre Desplat, c’est aussi Harry Potter*, La jeune fille à la perle* ou Le discours d’un roi*. Romantique, délicieusement lyrique, et forcément évocateur !
À déguster sans modération jusqu’au 05 décembre 2020, date d’autodestruction de la bande !

Un autre moyen d’écouter de la bonne musique live : YouTube, encore et toujours ! De nombreux artistes ont profité du confinement pour mettre à disposition des internautes les vidéos de leurs concerts, sur leur chaîne officielle, comme Radiohead ou Metallica. D’autres, tels Bruce Springsteen ou Peter Gabriel, avaient pris l’initiative depuis plus ou moins longtemps.
À vous d’orienter vos recherches en fonction de l’inspiration du moment !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *