😍Littérature adulte : nos derniers coups de cœur…

Thriller français :
Les heures du jour ne rattrapent jamais celles de la nuit par Vanessa Caffin

Quelle étrange machine que le cerveau ! Sous l’action d’on ne sait quel arcane, il décide de ce dont on doit se souvenir et de ce qu’il faut oublier. Parfois à nos propres dépens. C’est l’expérience que va vivre Alice, héroïne du roman de Vanessa Caffin.
Si, comme elle, vous découvriez parmi vos affaires une vieille boîte à chaussures remplie de lettres de jeunesse et que vous ne vous rappeliez aucun des prénoms cités dessus, que feriez-vous ? Refermeriez-vous la boîte pour retourner paisiblement à votre vie quotidienne, ou chercheriez-vous à comprendre pourquoi votre cerveau a préféré occulter toute cette partie de votre existence ? Alice, elle, veut comprendre.
Sauf qu’à mesure que l’intrigue évolue, le lecteur en vient à se demander si le cerveau d’Alice n’avait pas une excellente raison de jouer la carte de l’amnésie. En effet, Alice risque fort de ne pas aimer ce qu’elle va découvrir sur son passé…
Sommes-nous vraiment qui l’on croit être ou bien une personne plus sombre que l’on préfère ignorer ? C’est la question que nous pose Vanessa Caffin au travers de ce roman captivant.

Notre note : ★★★★☆


Littérature française :
Darwyne par Colin Niel

Chaque année depuis 2021, la librairie Sauramps et le journal Midi Libre décernent leur prix littéraire “Habiter le monde” à un ouvrage traitant du rapport entre l’homme et son environnement. L’édition 2023 a vu récompenser le livre de Colin Niel, distinction amplement méritée.
Roman aux allures de fable contemporaine, Darwyne, du nom de son héros, interroge sur l’altérité ainsi que sur la frontière entre humanité, animalité et sauvagerie. Il y est aussi question de maternité et de violence, laquelle ne se trouve pas forcément là où on l’attend.
Pour susciter autant d’interrogations, Colin Niel a imaginé le personnage de Darwyne, petit garçon contrefait vivant dans un bidonville guyanais. Véritable chaînon manquant, ce n’est pas par hasard s’il porte le nom du célèbre théoricien de l’évolution. Ni s’il est inspiré d’une créature fantastique amazonienne incarnant les dangers de la jungle, écosystème très présent dans cette histoire. Tour à tour dévorante ou réconfortante, la jungle apparaît comme un lieu déroutant où s’abolissent les frontières.
Mathurine, travailleuse sociale en mal d’enfants, est l’autre grande voix de ce roman qui continue d’exercer longtemps son emprise sur le lecteur, une fois terminé.

Notre note : ★★★★★


Littérature malaisienne :
La somme de nos folies par Shih-Li Kow

La Malaisie demeure un pays méconnu de nous autres lecteurs occidentaux, parce que peu représentée dans nos librairies. Le roman de Shih-Li Kow nous permet d’en découvrir un peu plus sur la mentalité et le quotidien de sa population. Il se déroule dans la localité de Lubok Sayong où une crue exceptionnelle vient d’avoir lieu. Cet événement sera le point de départ d’une succession de chroniques mettant en scène les habitants du village et plus particulièrement Mami Beevi. Vieille femme caractérielle, Mami Beevi vient d’hériter de sa sœur la grande maison familiale qu’elle transformera en chambres d’hôtes, ainsi que la garde d’une petite orpheline. C’est cette petite orpheline, Mary Anne, qui va raconter à tour de rôle avec Auyong, ami de la famille, les chroniques humaines, sociales, souvent tendres et parfois loufoques de Lubok Sayong. Un moyen de traiter au passage les spécificités de la société malaisienne, véritable patchwork de communautés qui s’accommodent tant bien que mal les unes des autres, et les transformations qu’elle subit pour répondre aux sirènes de la modernité.
Un livre qu’on adorerait voir adapté dans un cinéma d’art et d’essai !

Notre note : ★★★★☆


Littérature française :
La ballade du feu par Olivier Mak-Bouchard

Après le formidable Dit du mistral, Olivier Mak-Bouchard nous propose cette agréable tranche de vie, tout aussi pittoresque et farfelue. Le narrateur y est un jeune homme d’une vingtaine d’années vivant dans le Vaucluse avec son frère Doumé. Quand son employeur le licencie, il ne sait pas quoi faire de sa peau. Heureusement, une succession d’événements fortuits va lui permettre de trouver sa voie. Il y a d’abord la rencontre au supermarché avec Marianne, ancienne camarade de classe. Puis l’adoption du chat Tartempion. Le lâcher d’un oiseau sauvage. Et enfin la réparation des santons de Provence cassés. Cette dernière opération permettra à notre jeune narrateur de renouer avec sa passion : la poterie…
Même les histoires les plus simples se teintent de légendaire avec Olivier Mak-Bouchard. Sur celle-ci planent les ombres tutélaires du golem et du phénix. Sans parler du folklore méridional avec le potier et le coupeur de feu. Terre et feu comme des métaphores de l’homme qui renaît de ses cendres et qui façonne sa propre vie.
C’est frais, drôle et subtil. Une lecture idéale pour l’été. Et pour n’importe quelle autre saison d’ailleurs !

Notre note : ★★★★★

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.