😍Littérature adulte : les dernières lectures de Nathalie et Sébastien

Stella est une jeune prostituée américaine itinérante qui officie dans un van parmi des forains, sous l’aile bienveillante de Santa Muerte, une voyante un peu louche. Au-delà de ses charmes, la jeune femme possède le don de guérir ses clients de maladies incurables et autres infirmités en couchant avec eux.
Mais voilà, le Vatican ne veut pas s’encombrer d’une prostituée qui pourrait devenir une sainte. Voici donc un job parfait pour les affreux frères Bronsky, tueurs à gage attitrés du Vatican. Mais Stella peut compter sur ses anges gardiens, un prêtre défroqué ancien Marines et un journaliste en quête du Pulitzer. S’engage alors une course-poursuite déjantée entre ce trio improbable et les impitoyables frères Bronsky, direction Las Vegas, la ville de tous les possibles.
Joseph Incardona nous embarque dans un road trip corrosif, drôle, rocambolesque… bref, complètement déjanté mais passionnant !
Nathalie J.

Ma note : ★★★★★


En l’an de grâce 1367, au monastère de Verfeuil, deux jeunes moines, Antonin le scribe et Robert l’aide-cuisinier, sont appelés par le prieur Guillaume. Vieillissant et malade, ce dernier souhaite rédiger ses mémoires. Pour ce faire il a besoin de matériaux de première qualité qu’Antonin et Robert sont chargés d’aller récupérer à Toulouse. Mais leur mission ne se passe pas comme prévu. Le grand Inquisiteur s’en mêle. Il s’inquiète de ce que le prieur Guillaume pourrait révéler, lui qui a été l’élève du controversé maître Eckhart et qui a vécu le siège de Kaffa, foyer de la Peste Noire…
On ne peut pas s’empêcher de penser au Nom de la rose en lisant le dernier roman d’Antoine Sénanque. Érudit, captivant, il permet d’entrer dans les coulisses du pouvoir religieux à la fin du Moyen-Âge, et d’en saisir toutes les subtilités, entre manigances, querelles intestines, schismes et théologie.
Dommage que les révélations finales sur le rôle de Maître Eckhart dans l’épidémie de peste gâchent un peu le reste du livre, de par leur invraisemblance.
Sébastien R.

Ma note : ★★★★☆


Paru en 2017, l’excellent roman de Yamen Manai s’ouvre sur une scène de débauche où deux dirigeants politiques sans scrupules décident du sort du monde méditerranéen. L’un d’eux est prince du Qafar, émirat tirant sa puissance du gaz naturel. Le prince a des vues sur un certain pays du Maghreb. Il est prêt à se servir d’extrémistes religieux pour l’annexer.
Quelques temps plus tard, dans un village reculé de ce même pays du Maghreb, le Don, apiculteur aux allures de prophète, découvre avec consternation le massacre de ses abeilles. En apparence, les deux événements n’ont pas de lien. Et pourtant…
Maniant avec brio tant la satire que la poésie, Yamen Manai nous offre un conte moderne qui nous interroge sur l’hypocrisie des puissants, la crédulité du peuple, et les problèmes environnementaux qui peuvent en découler. En l’occurrence la disparition des abeilles. Des personnages inoubliables (à commencer par le Don), des épisodes magiques (l’envolée au Japon en quête d’une solution), des métaphores subtiles (barbus et frelons) font de ce livre une œuvre profonde, actuelle et nécessaire.
Sébastien R.

Ma note : ★★★★★


Le narrateur de ce court roman a fait la guerre de 14. Rapidement démobilisé suite à la perte d’une main, il s’est spécialisé dans la recherche des soldats disparus, une fois la paix revenue. Sa plus grosse affaire, celle qui l’a le plus marqué, concerne Émile Joplain. Ce jeune homme de bonne famille, poète sur les bords, n’a jamais reparu à la fin de la guerre. Il était amoureux d’une alsacienne, Lucie Himmel, elle aussi disparue. Un amour impossible, désapprouvé par la mère d’Émile. Ce qui n’a pas empêché Lucie de tout tenter pour le rejoindre sur le front, quitte à se mettre en danger.
Pourquoi le narrateur s’est-il autant attaché à leur histoire ? Sans doute, parce qu’elle lui rappelle son propre amour perdu. Au fil de ses investigations, il a également entendu parlé d’une mystérieuse fille de la lune. Et si les deux affaires étaient liées ?
Destins brisés et occasions manquées : un texte très dense, écrit à la première personne, qui évoque Un long dimanche de fiançailles de Sébastien Japrisot.
Sébastien R.

Ma note : ★★★☆☆

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.