TROIS CAVALIERS DANS LA FORÊT, Michel Peyramaure

Lancelot… Perceval… Galaad… Ces trois chevaliers de la Table Ronde, la Grande Compagnie chère au roi Arthur et à la reine Guenièvre, ont reçu de leur souverain une mission sacrée : retrouver le Graal, cette coupe qui a recueilli le sang du Christ entré en agonie et la lance du légionnaire Longin, qui l’a abrégée. Une légende et la tradition orale situent ces reliques dans la Grande Île, l’Angleterre d’aujourd’hui. Chacun de ces cavaliers va entreprendre cette mission apparentée à la recherche par Jason de la Toison d’or. Durant des années, au prix d’épreuves surhumaines, ils ont parcouru en tous sens la profonde forêt primaire où les bêtes fauves voisinent avec une population encore imprégnée de mœurs barbares, et où l’histoire côtoie la légende. L’originalité de ce récit fabuleux tient au souhait du romancier de l’extraire du Moyen Âge classique où la plupart des auteurs, à commencer par Chrétien de Troyes, l’ont confiné, pour la reporter en son temps réel, le VIème siècle paléochrétien qui, émergeant des époques celtiques, s’achemine vers les lumières du Moyen Âge. L’auteur a choisi, pour évoquer les personnages et les événements de ces temps tumultueux, un nain de la Cour du roi Arthur, Jozon Mordach. Ayant décidé de s’exiler sur sa terre natale, L’Anvern, en forêt de Brocéliande, Jozon, grâce aux événements rapportés par son ami Lancelot du Lac et par des voyageurs, a composé ce récit dans la grande solitude de l’Armorique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *