MATA-HARI : LA SACRIFIÉE, Jean-Marc Loubier

Octobre 1917. Mata Hari, qui avait ébloui les scènes des plus grandes salles de spectacle d’Europe avec ses danses balinaises, n’est plus qu’un corps sans vie. Elle avait voulu faire sa place auprès des grands de ce monde et passe à la postérité sous les traits d’une traîtresse. Pour espionnage et intelligence avec l’ennemi, la justice militaire française a, en quelques minutes, scellé son sort : la mort. Comment la belle Hollandaise en est-elle arrivée là ? En cette même année, la population est lasse de la guerre : dans les tranchées, un rien pourrait déclencher la révolte et, à l’arrière, la faim et les deuils minent le moral du peuple. Le gouvernement cherche des boucs émissaires. Si la victoire tarde, c’est que des traîtres sont à l’œuvre : les pacifistes et les espions. Et si l’espion était une femme, une étrangère, à la vie légère. Margaretha est la coupable idéale. D’autant que l’ancienne rivale d’Isadora Duncan est une mythomane fantasque. Victime de ses contradictions, elle est sacrifiée au nom de la raison d’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *