LES SALAMANDRES, Michel Peyramaure

Une grande victoire suivie d’une terrible défaite ; deux dates qui ont marqué d’un sceau indélébile les débuts du règne de François Ier, à l’aube de la Renaissance.
Pour tous, François Ier incarne la figure lumineuse du roi-chevalier et du poète cultivant l’art de la galanterie. Mais qui a façonné le grand homme ? Autour de lui, toujours, des femmes : Louise de Savoie et sa sœur Marguerite de Navarre ont construit l’image d’un souverain aimé du peuple, d’un diplomate subtil et d’un homme de guerre appelé à tenir tête jusqu’à sa mort à l’empereur Charles Quint. Et puis il y a aussi les favorites, celles que l’on nomme “les Salamandres”. À l’instar de ce petit lézard légendaire qui résisterait au feu, les meilleures d’entre elles ont le pouvoir de vaincre l’adversité. Et c’est aussi peut-être grâce à elles que le grand homme est devenu un roi accompli.
Parmi ces Salamandres, deux femmes se sont livré un duel impitoyable à la cour et dans les somptueuses résidences des bords de Loire : la comtesse Françoise de Châteaubriant et Anne de Pisseleu, duchesse d’Étampes. L’une est brune et piquante, mais elle vieillit ; l’autre est blonde, discrète et diaphane, et son ambition est grande…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *