LES CIGOGNES SONT IMMORTELLES, Alain Mabanckou

À Pointe-Noire, dans le quartier Voungou, la vie suit son cours. Autour de la parcelle familiale où il habite avec Maman Pauline et Papa Roger, le jeune collégien Michel a une réputation de rêveur. Mais les tracas du quotidien (argent égaré, retards et distractions, humeur variable des parents, mesquineries des voisins) vont bientôt être emportés par le vent de l’Histoire. En ce mois de mars 1977 qui devrait marquer l’arrivée de la petite saison des pluies, le camarade président Marien Ngouabi est brutalement assassiné à Brazzaville. Et cela ne sera pas sans conséquences pour le jeune Michel, qui fera alors, entre autres, l’apprentissage du mensonge. Alain Mabanckou nous raconte l’Afrique post-coloniale. Il utilise la voix naïve et teintée d’humour d’un jeune garçon pour nous raconter l’indépendance, les luttes entre ethnies pour prendre ou garder le pouvoir, la corruption, les arrangements, l’importance de la famille, l’influence de l’ancien colonisateur qui décide qui sera président. Un sujet grave traité avec légèreté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *