LES CAVES DU MAJESTIC, Georges Simenon (édition en gros caractères)

Il y a le Paris de l’opulence et des raffinements délicats. Il y a celui des petits matins blêmes et des couples éreintés. Prosper Donge, employé d’un palace situé sur les Champs-Elysées, trouve de bon matin le cadavre d’une cliente tassé dans l’une des quatre-vingt-douze armoires métalliques du vestiaire. Cette jeune Américaine aurait été étranglée alors que le mari était absent pour affaires. Que faisait-elle là ? Maigret découvre alors pour les besoins de l’enquête un monde à part fait de coulisses et de pièces cachées ; un monde avec ses codes et ses drames où s’affairent des anonymes et où la richesse extrême côtoie la précarité, la fatigue et le travail de ceux qui, dans l’ombre, servent, regardent, ressentent et n’en pensent pas moins…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *