LE TARTUFFE, Molière

Dès sa première représentation, en 1664, Le Tartuffe, satire de la fausse dévotion et des excès de la bigoterie, provoque le scandale. Devant les accusations d’immoralité
“diabolique”, Louis XIV fait interdire la pièce. Elle ne sera autorisée de représentation qu’au terme de cinq années de luttes et de polémiques.
Sur scène, un infâme coquin déguisé en ardent religieux sème le chaos. Qu’il tâte le genou d’une femme ou cache le sein d’une autre, Tartuffe n’a qu’une profession de foi : “Ah! pour être dévot, je n’en suis pas moins homme.” Arracher le masque de l’hypocrisie lorsqu’elle se drape dans la dignité moralisatrice de la foi : tel est l’argument de cette comédie, sans conteste l’une des plus acides de Molière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *