LA MEILLEURE FAÇON DE MARCHER EST CELLE DU FLAMANT ROSE, Diane Ducret

Sur le papier, Enaid a tout pour être heureuse. La beauté, l’intelligence, le talent, l’amour… son amant la quitte. À trente ans passés, quelques rudiments psychanalytiques l’aident à appréhender le problème : en s’aimant soi-même ça marchera peut-être mieux. Oui mais comment s’aimer lorsque l’on a grandi sans parents ? Vers trois ans Enaid est élevée par ses grands-parents paternels, qui en voulant la protéger l’enferment. Élève surdouée, elle saute deux classes, déménage à Biarritz. Et puis tout s’enchaîne, la malédiction frappe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *