LA GRANDE GUERRE, Albert Londres

Albert Londres, pendant les premiers mois de la Grande Guerre, est correspondant militaire sur le front français – l’occasion pour lui, selon une de ses formules qui restera célèbre, de “porter la plume dans la plaie”.
Dans un style enlevé, où souffle un patriotisme non dénué de lucidité, le jeune journaliste – il vient d’avoir trente ans – partage le quotidien des soldats, erre au plus près des batailles et, chronique après chronique, se fait le témoin de la grande Histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *