LA FEMME GAUCHÈRE, Peter Handke

“Sans raison”, sous le coup d’une illumination qu’elle n’expliquera pas, la femme de ce récit demande à son mari de s’en aller, de la laisser seule avec son fils de huit ans. La voici, désormais, “libre”, bien que le mot, trop grand, trop précis, ne soit pas prononcé, ni pensé peut-être. Avec la simplicité déroutante que nous lui connaissons, Peter Handke impose puissamment à l’enchaînement des faits et gestes insignifiants de la vie quotidienne une dimension universelle et tragique.

Prix Nobel de littérature 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *