Coup de ♥ DVD : PADDINGTON 2, de Paul King

Paddington serait-il devenu un ours mal léché ? Accusé d’avoir dérobé un précieux pop-up chez un antiquaire, le célèbre plantigrade est jeté sans ménagement en prison, où il s’accoquine très vite avec les pires crapules… Mais attention, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué… Car la famille Brown, convaincue de l’innocence de leur protégé, va se lancer dans une rocambolesque mission sauvetage !

L’enquête, menée tambour battant dans un Londres de carte postale, alterne avec des moments de pure comédie où Paddington, entre candeur et gaucherie, enchaîne maladresses et quiproquos pour notre grand plaisir ! Mais l’ourson n’est pas seulement attachant ; il est aussi saisissant de réalisme, tant et si bien qu’on en oublie qu’il s’agit d’une image de synthèse. Signés Framestore (studio qui a également travaillé sur Avatar , Gravity ou encore la saga Harry Potter), les effets numériques sont parfaitement intégrés aux décors et au jeu des acteurs.

La réalisation est donc élégante – couleurs chatoyantes, décors soignés, costumes pimpants – et le casting à l’avenant : Hugh Bonneville (vu dans Downton Abbey), Sally Hawkins (figure de proue du cinéma indépendant britannique), Julie Walters (alias Molly Weasley, la maman de Ron dans Harry Potter)… Et, cherry on the cake, un Hugh Grant en grande forme ; il faut le voir faire son miel de son personnage d’acteur sur le retour “méchamment mégalo” !

Alors, vous reprendrez bien un toast with marmelade, dear ?

Référence
Paddington 2, de Paul King (2017)
Cote : F PAD
Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

On s’est réjoui avec LA TRILOGIE DE CORFOU de Gerald Durrell

“Nous retournions vers les oliveraies enchantées et la mer bleue, vers la chaleur, vers le rire de nos amis, vers les longues journées douces et ensoleillées.”

Eté 2017. France 3 diffuse la série La folle aventure des Durrell adaptée des livres de Gerald Durrell. L’occasion pour le public français de découvrir ce classique de la littérature anglaise. Gerald Durrell, célèbre naturaliste défenseur de la cause animale, y raconte un épisode de son enfance, à l’origine de sa vocation.

Entre-deux-guerres, presque sur un coup de tête, sa famille part vivre sur l’île de Corfou. Il y a la mère, la sœur Margot, le chien Roger et les deux frères aînés, Leslie et Larry. Larry qui n’est ni plus ni moins que Lawrence Durrell, autre grand nom de la littérature anglaise. C’est dire s’il y a du beau linge chez les Durrell.
Pour autant, ce ne sont pas des gens coincés. Loin de là. Sur la famille Durrell souffle un vent de folie. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Margot est écervelée, Leslie obsédé par la gâchette. Larry possède un humour british vitriolé et Gerald “Gerry” joue les SPA ambulantes. Face à ces démons, “Mère” reste d’un flegme quasi exaspérant. Autour d’eux gravite quantité de personnages plus loufoques les uns que les autres, des improbables amis de Larry aux précepteurs successifs de Gerry, en passant par les notables corfiotes.

Au contact de ce petit monde, on rit beaucoup. En suivant Gerry dans ses explorations zoologiques, on découvre aussi le paradis terrestre qu’était Corfou à l’époque. Un paradis à la fois exotique et familier, parce que méditerranéen.
Il règne dans ces livres un parfum de vacances, de joie de vivre et d’authenticité pittoresque qu’on aimerait sans fin.
Une lecture idéale pour l’été.

Références : La Trilogie de Corfou, Gerald Durrell, éditions La table ronde

Tome 1 : Ma famille et autres animaux
1ère année de publication : 1956
Cote : R. DUR 1


Tome 2 : Oiseaux, bêtes et grandes personnes
1ère année de publication : 1969
Cote : R. DUR 2


Tome 3 : Le jardin des dieux
1ère année de publication : 1978
Cote : R. DUR 3
Egalement disponible dans votre Médiathèque :

Titre : La folle aventure des Durrell
Réalisateurs : Steve Barron, Roger Goldy, Edward Hall
Acteurs : Keeley Hawes, Josh O'Connor, Callum Woodhouse, Daisy Waterstone, Milo Parker...
Date de diffusion en France : 16 juillet 2017

Cote : F FOL 1

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Coup de ♥ littérature adulte : BLITZ de Connie Willis

Voyage dans le temps…

Dans notre futur, à Oxford, les historiens remontent le temps pour observer le passé (par exemple, ici, les héros du Blitz de 1940 au quotidien sous les bombes) en prenant bien soin de ne pas interférer ni modifier le futur. Car les risques sont considérables : et si, en sauvant la vie d’un seul soldat à Dunkerque ou d’une vendeuse d’Oxford Street, les Alliés perdaient la guerre ?

L’auteure, la plus anglaise des Américaines, va leur tendre énormément de pièges. Evidemment, le premier est l’empathie. Nos chercheurs du futur ne peuvent s’empêcher de souffrir avec ceux qu’ils observent et essayer de les secourir. Au risque d’y rester, dans les deux sens du terme car les zones de transfert semblent ne plus fonctionner.

Ce diptyque, qui suit d’autres aventures temporelles du même acabit au temps de Victoria ou de la Grande Peste, est déjà un classique, bardé de prix de science fiction (Hugo, Nebula, Locus, la dame est une habituée…). On est emporté dans ce flot de vie côtoyant la mort, on navigue entre 1940 et 1944 (attention, V1 !), Londres, Dunkerque et la verte campagne anglaise, on rit et on pleure devant ce génie britannique qui soude nuit après nuit une nation qui prend son thé, chante et joue Shakespeare dans le métro avant d’aller “botter les fesses de M. Hitler”.
Et, surtout, le magnifique final nous pose la question de notre place dans le monde. Magistral, captivant et émouvant.

Références :

Titre : Blitz, tome 1 : Black Out
Auteur : Connie Willis
1ère année de publication : 2010
Editeur : J'ai lu
Cote : SF. WIL 1


Titre : Blitz, tome 2 : All clear
Auteur : Connie Willis
1ère année de publication : 2010
Editeur : J'ai lu
Cote : SF. WIL 2

Les photographies en noir et blanc utilisées dans cet article sont des images d’archives provenant en partie du site de l’Imperial War Museum.

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

On s’est beaucoup amusé avec ZORRO de Isabel Allende

FICHE TECHNIQUE :
Titre : Zorro
Auteur : Isabel Allende
Pays : Chili/Amérique
1ère année de publication : 2004

Cote : R. ALL

 

“Comme le renard, tu devras découvrir ce qui se cache dans l’obscurité, dissimuler, te cacher le jour et agir la nuit.”

 

Que connait-on de Zorro ? La série des studios Disney qui tourne en boucle depuis des décennies sur nos chaînes télévisées ? Les quelques adaptations cinématographiques avec Alain Delon ou Antonio Banderas dans le rôle titre ?

Ce que l’on sait moins, c’est que le justicier masqué a quasiment le même parcours que d’autres héros populaires, tels Conan le Barbare ou Tarzan. Personnage de roman feuilleton, il naquit au début du XXe siècle sous la plume de l’américain Johnston McCulley et connut un succès immédiat. Aujourd’hui, Zorro est une marque déposée.

Zorro signifie “renard” en espagnol

En 2004, la marque en question s’est associée à la romancière Isabel Allende pour raconter la genèse du héros. Mêlant aventures, Histoire et exotisme, le Zorro de Allende est un roman de cape et d’épée jubilatoire se déroulant fin XVIIIe-début XIXe siècle. On y croise des indiens, des pirates, des gitans, des sociétés secrètes et des hidalgos sans scrupules. Tous vont contribuer à façonner l’image de Zorro dans l’esprit du jeune Diego de La Vega. Parti de sa Californie natale pour parfaire son éducation en Espagne, il ne tardera pas à revêtir le costume du justicier.
Pas de doute, ce Diego-là a beaucoup plus de consistance que dans la série signée Disney. Isabel Allende a fait de lui un métisse, tout comme Bernardo, son frère de lait. Leur destin est lié à celui des Amérindiens, à leur culture imprégnée de chamanisme, ainsi qu’aux persécutions subies sous le joug des colons espagnols.

Comme quoi, même les héros de notre enfance ont une personnalité plus complexe qu’il n’y paraît !

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Coup de ♥ DVD : BROOKLYN VILLAGE, d’Ira Sachs

Little Men in Brooklyn Village : la combinaison du titre original et de sa « traduction » française reflète parfaitement le synopsis. Ces bonhommes dont il est question, ce sont Tony Calvelli et Jake Jardine, deux garçons à l’orée de l’adolescence. Quand ces deux là se rencontrent, la complicité est immédiate. Et, comble de chance, ils deviennent même voisins ! Car, à la faveur d’un héritage, les Jardine deviennent propriétaires de l’immeuble et y emménagent.

Mais cette amitié fulgurante va rapidement venir se heurter aux problèmes des adultes. Car si entre les garçons l’entente est parfaite, il n’en va pas de même entre Mme Calvelli et le couple Jardine, qui souhaite lui augmenter son loyer, provoquant par là un départ inexorable…

Ira Sachs signe ici un film tout en nuances, chaque personnage réservant sa part d’ombre et ses contradictions… En plus d’être fin portraitiste, Sachs manie avec délicatesse l’art de la chronique, nous livrant en filigrane une radiographie du monde contemporain. Sous couvert d’aborder les thèmes de la gentrification et du passage de l’enfance à l’adolescence, il nous donne à voir un cinéma de l’entre-deux, où la douceur le dispute à l’amer.

Et comment terminer sans décerner une mention particulière pour les deux jeunes acteurs qui incarnent Tony et Jake (respectivement Michael Barbieri et Theo Taplitz), remarquables de justesse. Brooklyn Village : Little BIG Men !

Référence
Brooklyn Village, d'Ira Sachs (2016)
Cote : F SAC
Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !